observatoire des sondages

Le feuilleton Ifop-Fiducial : Marine Le Pen en tête

vendredi 7 novembre 2014

Une nouvelle édition du baromètre Ifop-Fiducial place Marine Le Pen en tête des intentions de vote de l’élection présidentielle deux ans et demi avant celle-ci.

« A deux ans et demi de la présidentielle, des sondages placent régulièrement Marine Le Pen en tête avec autour de 30% des intentions de vote au premier tour, confirmant le bon résultat du FN aux européennes. De 29 à 32% au premier tour de la présidentielle selon la configuration à droite, et une première place, au moins ex-aequo, assurée, selon le sondage Ifop-Fiducial pour i>Télé et Sud Radio publié mardi » (AFP, Le Point, etc., 4 novembre 2014.)

Une occasion d’apprécier à nouveau les défauts d’une absence de régulation des sondages qu’aurait pu mener le gouvernement de François Hollande s’il avait repris la proposition sénatoriale adoptée à l’unanimité par le Sénat et qu’il restait à faire voter par l’Assemblée nationale. Mais, là aussi (!), l’occasion fut ratée. Et avec ses mauvais résultats des sondages, on n’imagine pas François Hollande relancer la réforme. Il serait accusé d’être mauvais joueur et de vouloir casser le thermomètre. Pourtant en matière de transparence, on peut supposer que presque personne ne sait que l’association Ifop - Fiducial est celle d’un sondeur dont l’engagement à droite s’est précisé depuis l’affaire des sondages de l’Elysée et que Ficucial - indiqué dans la fiche signalétique comme auteur alors qu’il est le commanditaire réel, est une entreprise de conseil fiscal propriété de M. Christian Latouche, « connu pour ses affinités avec l’extrême droite » [1] et accessoirement patron de presse notamment de Lyon Capitale, et Sud Radio autre commanditaire « officiel » du sondage avec I>télé.

AG

[1Je rappelle que pour ces mots, M. Christian Latouche a intenté à mon endroit une procédure de citation directe qui m’a valu d’être (automatiquement) mis en examen, cf. Une instruction judiciaire sur l’Observatoire des sondages et Le directeur de l’Observatoire des sondages mis en examen. Cette citation est ironiquement une belle démonstration de mon affirmation. Audience le 18 décembre 2014 à la 17e chambre du tribunal de Grande Instance de Paris.

Lire aussi

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Tous fans de foot ?

    12 mars 2017

    Histoire de ne pas s’habituer à ces titres mensongers car sauf à croire que tous les Français sont fans de foot, de 7 à plus de 77 ans, que tous aient un avis sur cette question dont on ne déniera pas (...)

  • La boussole après le réverbère

    12 mars 2017

    On connaît cette fable du réverbère qui illustre l’inhibition méthodologique : lorsqu’on dispose d’un instrument, il faut l’utiliser même s’il n’est pas adapté à la question.
    Ainsi, l’ivrogne cherche-t-il (...)