observatoire des sondages

Qui ferait mieux que François Hollande ? (Odoxa et I>télé, le 8 novembre 2014). Une question de sondage dont on se demande si elle est sérieuse. Non point parce que le Président de la République est dans un état d’impopularité continue mais parce qu’il ne rime à rien d’évaluer l’action de personnalités à partir de leur nom. Qu’est-ce que cela mesure ? L’addition des mécontentements, une opinion partisane ? Toutes les personnalités proposées (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, etc.) feraient mieux sauf Marine Le Pen mais personne n’atteint la majorité. Une information si on en juge par la publication des résultats de ce « petit jeu » (AFP, 8 novembre 2014). Mais quelle information ? Les sondés s’ennuient.

JPEG - 83.7 ko

La plupart du temps, les remplaçants virtuels sont des vivants, mais certains sondeurs pimentent l’exercice en y glissant des morts pour ne rien dire de ceux qui n’ont plus toute leur tête (cf. ci-dessous l’extrait de l’édition 2013 du baromètre OpinionWay pour le Cevipof sur « la confiance en politique ». Pour la critique complète du baromètre cf. Misère de la politologie).

JPEG - 54.6 ko

On sait depuis longtemps déjà que l’actuel président de la République est très impopulaire dans les sondages. Odoxa l’avait d’ailleurs déjà dit et rappelé la veille à propos d’un de ses post-test relatif à la prestation télévisée de François Hollande sur TF1 le 6 novembre (François Hollande « vu à la télé » : un post-test en peau de chagrin). Le sondeur aurait-il été séduit aussi par le « Hollande bashing » ? La répétition est dit-on à la base de toute pédagogie. Pourquoi pas en faire un sondage ?

Question : La répétition par les sondeurs de choses sans intérêt et d’idioties transforme-t-elle, selon vous, les gens en (un seul choix possible) :

- 1 - chèvre

- 2 - bourrique

Lire aussi

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • Fillon président ? L’hypothèse impossible

    9 mars 2017

    L’un après l’autre les sondeurs décident de passer outre l’interdiction de publier des seconds tours impossibles, en l’espèce une confrontation François Fillon/Marine Le Pen à l’élection présidentielle, (...)