observatoire des sondages

Odoxa, sondeur, pompier-pyromane : la violence comme gage de popularité

samedi 6 janvier 2018

On sait que la notoriété est une donnée essentielle pour tous les professionnels de la politique. On sait également depuis Erostrate, brûlant du désir de devenir illustre, et qui pour se faire incendia le temple d’Artémis à Ephèse, que c’est le désir de célébrité qui poussent certains humains à faire des sottises ou à exhiber leur bêtise devant tout le monde... ou presque.

Selon Odoxa 56% des Français (en vérité 56% des sondés semi-professionnels du sondeur) partagent la volonté de Gérard Colomb d’utiliser la force pour faire partir les zadistes qui occupent actuellement la zone prévue pour l’hypothétique aéroport de Notre-Dame des Landes (FranceInfo, Le Figaro, 4 janvier 2018). Petite anicroche néanmoins (ou légère incohérence de « l’enquête »), le ministre de l’Intérieur souffre d’un déficit de notoriété. 57% des sondés ne connaissent même pas son nom et seule une faible majorité d’entre eux ont une bonne opinion de lui (53%).

Le ministre s’en inquiète-t-il ? Impossible à dire. La question semble en revanche grandement préoccuper le sondeur, qui se veut malgré tout rassurant. Combler ce défaut de notoriété, et on peut le supposer monter dans les sondages futurs, est chose aisée : faire preuve de détermination et utiliser la force comme promis contre les occupants de NDDL, ou pour le dire à la manière d’Odoxa : « montrer qu’il est bien le premier flic de France » (cf. ci-dessous). On a connu courtisan plus inspiré et subtile, question de culture sans doute.

JPEG - 109 ko

Quoiqu’il en soit s’il n’existait des risques sérieux de graves « débordements » de part et d’autre, on pourrait presque rire de l’argument avancé par le partenaire commercial du sondeur [1] pour justifier du recours à la force à NDDL : lutter contre la violence et l’insécurité (cf. ci-dessous).

JPEG - 139.8 ko

[1Dentsu-Consulting société de conseils en marketing.

Lire aussi

  • Les pousse-au-crime et la peine de mort

    2 octobre 2020

    On connait le goût des sondeurs pour la provocation, les sondages pousse-au-crime, sur des sujets délicats et sensibles, publiés le plus souvent opportunément lors d’événements ou faits divers (...)

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Il y a 39 ans : F. Mitterrand, les sondages et la peine de mort

    9 mars 2020

    Le 16 mars 1981, invité à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2 François Mitterrand, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare ouvertement son opposition à la peine capitale en dépit des (...)