observatoire des sondages

Odoxa, sondeur, pompier-pyromane : la violence comme gage de popularité

samedi 6 janvier 2018

On sait que la notoriété est une donnée essentielle pour tous les professionnels de la politique. On sait également depuis Erostrate, brûlant du désir de devenir illustre, et qui pour se faire incendia le temple d’Artémis à Ephèse, que c’est le désir de célébrité qui poussent certains humains à faire des sottises ou à exhiber leur bêtise devant tout le monde... ou presque.

Selon Odoxa 56% des Français (en vérité 56% des sondés semi-professionnels du sondeur) partagent la volonté de Gérard Colomb d’utiliser la force pour faire partir les zadistes qui occupent actuellement la zone prévue pour l’hypothétique aéroport de Notre-Dame des Landes (FranceInfo, Le Figaro, 4 janvier 2018). Petite anicroche néanmoins (ou légère incohérence de « l’enquête »), le ministre de l’Intérieur souffre d’un déficit de notoriété. 57% des sondés ne connaissent même pas son nom et seule une faible majorité d’entre eux ont une bonne opinion de lui (53%).

Le ministre s’en inquiète-t-il ? Impossible à dire. La question semble en revanche grandement préoccuper le sondeur, qui se veut malgré tout rassurant. Combler ce défaut de notoriété, et on peut le supposer monter dans les sondages futurs, est chose aisée : faire preuve de détermination et utiliser la force comme promis contre les occupants de NDDL, ou pour le dire à la manière d’Odoxa : « montrer qu’il est bien le premier flic de France » (cf. ci-dessous). On a connu courtisan plus inspiré et subtile, question de culture sans doute.

JPEG - 109 ko

Quoiqu’il en soit s’il n’existait des risques sérieux de graves « débordements » de part et d’autre, on pourrait presque rire de l’argument avancé par le partenaire commercial du sondeur [1] pour justifier du recours à la force à NDDL : lutter contre la violence et l’insécurité (cf. ci-dessous).

JPEG - 139.8 ko

[1Dentsu-Consulting société de conseils en marketing.

Lire aussi

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • De la sincérité

    21 avril 2017

    A quelques heures du premier tour de la présidentielle les efforts des sondeurs et de la presse pour accréditer l’idée qu’une partie importante des électeurs ne serait pas encore sûre de son vote ne se (...)

  • Ridicule incertitude

    18 avril 2017

    Pour un scientifique l’incertitude serait plutôt associée à la modestie. Après des mois de pourcentages d’intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2017, l’omniprésence des sondeurs bavards sur (...)