observatoire des sondages

Piqûre de rappel de Gaston Bachelard

jeudi 10 mars 2016

« La science, dans son besoin d’achèvement comme dans son principe, s’oppose absolument à l’opinion. S’il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l’opinion, c’est pour d’autres raisons que celles qui fondent l’opinion ; de sorte que l’opinion a, en droit, toujours tort. L’opinion pense mal ; elle ne pense pas : elle traduit des besoins en connaissances. En désignant les objets par leur utilité, elle s’interdit de les connaître. On ne peut rien fonder sur l’opinion : il faut d’abord la détruire. Elle est le premier obstacle à surmonter. Il ne suffirait pas, par exemple, de la rectifier sur des points particuliers, en maintenant, comme une sorte de morale provisoire, une connaissance vulgaire provisoire. L’esprit scientifique nous interdit d’avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur des questions que nous ne savons pas formuler clairement. Avant tout, il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu’on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit. »

Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance, Paris, Vrin, 1938, Chap. I, p. 16. [1].

[11993 et 2004 pour l’édition de poche.

Lire aussi

  • Les anciens et les modernes

    27 juillet 2016

    Alors qu’il visitait la vieille Europe du 19e siècle, le poète allemand Heinrich Heine et un ami s’étaient arrêtés devant la cathédrale d’Amiens en France. « Dis-moi, Heinrich, pourquoi les gens ne (...)