observatoire des sondages

Post-Brexit : le silence et l’oubli

samedi 25 juin 2016

- Résultat définitif du référendum
Sortie de l’Union européenne : 51,9%
Maintien dans l’Union : 48,1%

Les sondeurs (britanniques) se sont trompés, une fois de plus. Dans l’ensemble, la presse qui, le matin même du scrutin, publiait les dernières tribulations nocturnes des sondeurs toutes favorables au maintien (cf. YouGov, Ipsos Mori, etc., Independent, 23 juin 2016, à l’exception de TNS, Reuters, 22 juin 2016) s’est montrée particulièrement discrète sur cette défaillance à grande échelle. Les rares articles qui lui sont consacré restent aimables et ménagent la profession. Pourquoi en effet heurter la susceptibilité de ces auxiliaires de presse avec lesquels elle travaille toute l’année et qui lui rendent autant de services éditoriaux ? Manière de dire que tout cela est sans importance ? Alors pourquoi tous ces tintamarres chiffrés ? Il y a un an, à la suite des législatives les sondeurs avaient juré que leur méthodes allaient être revues et que le British Polling Council allait mener l’enquête pour éviter une nouvelle défaillance (France TV, 8 mai 2015). Des promesses de sondeurs...

Si le résultat du référendum a beaucoup déçu, a fortiori les tenants du maintien, il semble également avoir beaucoup surpris, sauf, bien sûr, les tenants du Brexit. « On le sait » depuis la plus haute antiquité les prophéties confortent avant tout les individus dans leurs croyances.

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)