observatoire des sondages

Pour ou contre les réfugiés : les sondeurs « s’interrogent »

vendredi 23 octobre 2015

L’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne, appelée communément Frontex [1] annonçait le 13 octobre que 710 000 migrants avaient franchi les frontières de l’Europe entre janvier et septembre 2015 contre 282 000 pour l’année 2014 [2]. Le lendemain l’Ifop et le site Atlantico lançait un énième « sondage » sur les réfugiés, publié 7 jours plus tard (Atlantico, 21 octobre 2015).

C’est devenu une manie le « sondage » se résume à une question unique, binaire, et dans le cas présent absurde car un fait « bien réel », l’afflux massif de réfugiés, du concret donc, est traité comme une petite question, abstraite, que tout un chacun peut se poser tranquillement dans sa chaumière, entre amis ou collègues au café du coin de la rue. Un sondage travesti en une fausse question en somme.

Personne ne se réjouit de cette situation ni d’ailleurs des tragédies qui en sont la cause, a fortiori ceux qui s’opposent à l’accueil des réfugiés mais également ceux qui y sont favorables. Autrement dit l’arrivée massive de réfugiés en Europe et la répartition de leur accueil n’est pas une question de « d’accord/pas d’accord ».... sauf à proposer de les empêcher d’entrer, de les refouler, de les emprisonner...de les tuer ?


[1Le siège de l’organisation créée en 2004 est situé à Varsovie.

Lire aussi

  • L’Ifop rejoint l’équipe de secouristes de Laurent Wauquiez

    23 février 2018

    Après l’entente de BFMTV et Elabe pour aller à la rescousse du président de LR (cf. Sauver le soldat Wauquiez) c’est autour de l’Ifop, Fiducial, Cnews et Sud Radio de lui porter secours.
    Leur sondage (...)

  • Impostures de l’année, et maintenant l’effet Goldman

    26 décembre 2017

    Le chanteur à la retraite Jean-Jacques Goldman, qui vit désormais à Londres, est devenu en cette fin d’année la cible n° 1 des sondeurs et de la presse française. Redevenu pour être exact.
    Il avait (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)