observatoire des sondages

Présidentielle roumaine sans surprise : encore raté

lundi 17 novembre 2014

Les élections à travers le monde se suivent et se ressemblent, c’est maintenant au tour des sondeurs roumains de rejoindre la liste internationale des « ratés ». Victor Ponta, Premier ministre roumain et candidat du PSD à l’élection présidentielle (Partidul Social Democrat) a été battu au deuxième tour du scrutin, qui s’est tenu dimanche 16 novembre 2014, par Klaus Werner Iohannis, candidat du PNL (Partidul Național Liberal). Donné pourtant largement vainqueur dans tous les sondages d’intentions de vote de 2e tour (voir tableau ci-dessous), il n’a finalement réuni « que » 45,49% des suffrages exprimés contre 54,50% pour son adversaire du PNL [1].

Une défaite sans conteste après l’annonce d’une victoire haut la main répétée jusqu’au dernier moment : « M. Ponta est crédité de 54% des intentions de vote, selon les sondages » (AFP, 16 novembre 2014). Le perdant qui demeure pour l’instant Premier ministre ne semble pas s’en être pris, officiellement du moins, aux sondeurs roumains dont les "performances" ont été consciencieusement passées sous silence par une majorité de la presse, et notamment la presse française toujours aussi avide de truisme politologique à l’image du quotidien Libération : "Comment ce personnage tellement atypique [Klaus Werner Iohannis] a-t-il pu enthousiasmer les Roumains a contrario de ce qu’annonçaient les sondages ? « Ce n’est pas tant son mérite que l’accumulation d’erreurs de Victor Ponta", estime le politologue Dorel Sandor" (17 novembre 2014). Autrement dit : Si Victor Ponta a perdu c’est de sa faute pas celle des sondeurs. En attendant le prochain « raté ».

Victor PontaKlaus Werner Iohannis
Résultats effectifs45,49%54,50%
IRES, Evz, 18 octobre 2014. 55% 45%
INSCOP, Ziare, 15 octobre 2014. 53,5% 46,5%
GSSC-Avangarde, Ziare,6 octobre 2014. 57% 43%
CSCI, Evz, 19 septembre 2014. 57% 43%
INSCOP , Adevarul, 8 septembre 2014. 54% 46%
Avangarde, Antena 3, 7 septembre 2014. 55% 45%
BCS, Găndul, 26 juillet 2014. 49,6 % 50,4 %
INSCOP, Adevarul, 14 juillet 2014 54,8 % 45,2 %
ARP, Agentia de rating politic, 26 juin 2014. 55% 45%
Operations Research, AGERPRES (Agenjtia Natională de Presă), 13 juin 2014. 59% 41%

[1Cf. Gândul, 17 novembre 2014. Résultats partiels après dépouillement de 99.07 % des bureaux de votes.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Tous fans de foot ?

    12 mars 2017

    Histoire de ne pas s’habituer à ces titres mensongers car sauf à croire que tous les Français sont fans de foot, de 7 à plus de 77 ans, que tous aient un avis sur cette question dont on ne déniera pas (...)