observatoire des sondages

Presse de remplissage

jeudi 6 octobre 2016

On le sait les sondeurs sont des auxiliaires de presse précieux, qui lui fournissent à volonté des « choses » à publier. D’autant plus pratique quand elle n’a rien à dire. Que les enquêtes soient sans intérêt et/ou biaisées importe peu.

L’un des procédés les plus communs pour faire « passer la pilule » d’une désinformation consiste à évoquer, souvent de manière évasive et rapide, le caractère « imparfait », spéculatif, voire prophétique de l’« information » publiée...Et le tour est joué, comme l’illustrent ici les Décodeurs du Monde. Faute à moitié avouée totalement pardonnée ?

Fallait-il qu’ils n’aient rien à se mettre sous la dent pour deviser sur des prophéties quand leur rubrique est sous-titrée « Venons-en aux faits ». Voilà qui ne manque pas de sel.

Lire aussi

  • Crise du journalisme : « Recherche sondage désespéremment »

    4 juin 2018

    Pourquoi les sondages n’ont-il pas encore enregistré les humeurs frondeuses de la « jeunesse » s’interroge (sérieusement ?) le quotidien Le Monde qui a cru percevoir ici ou là quelques signes (...)

  • Vieillesse et doxosophie : le double naufrage

    18 février 2018

    Politologue-sondeur à la retraite, Roland Cayrol hante toujours autant les plateaux de télévision. Malgré le nombre d’années sa détermination à faire du café commerce la Maison des Sciences de l’Homme (...)

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)