observatoire des sondages

Primaire à droite : Nicolas Sarkozy « trahi » par son ancien sondeur

vendredi 27 mai 2016

Qu’il semble lointain ce 2 février 2010, jour où OpinionWay et Marianne se retrouvaient devant le tribunal. Le sondeur s’estimait alors diffamé par le magazine qui avait publié quelques mois plutôt plusieurs articles sur son rôle dans l’affaire des sondages de l’Elysée.

6 ans plus tard tout est oublié. OpinionWay est maintenant le sondeur « préféré » de Marianne, qui manque rarement une occasion de s’attaquer à Nicolas Sarkozy, avec le concours du sondeur. Les temps ont changé. Concernant la primaire à droite le magazine lance ainsi à la une de son édition du 26 mai un tonitruant : « Nicolas Sarkozy perd à tous les coups », à savoir qu’il serait battu au second tour par Alain Juppé mais également par François Fillon ou Bruno Lemaire.

Problème : ces deux dernières hypothèses sont impossibles puisque Nicolas devancerait largement François Fillon (27% contre 13%) et Bruno Lemaire (13%) au premier tour. Des résultats que le magazine consent à publier en fin d’article. La commission des sondages a pourtant proscrit la publication de résultats de second tour sans rapport avec le premier [1]. Les temps changent ; les méthodes demeurent.


[1Cf. notamment Rapport 2008-2009 : la commission des sondages face aux élections municipales de 2008 et européennes de 2009, p. 4.

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • La crise de foi de Nicolas Sarkozy

    10 octobre 2016

    Nicolas Sarkozy ne croit pas aux sondages et pour qu’on ne s’y trompe pas, il le dit tous les jours.
    Les journalistes l’y poussent en rappelant - pernicieusement ? - ses mauvais résultats. (...)

  • Quand les politiques se servent de la critique des sondages

    10 octobre 2016

    C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat (...)