observatoire des sondages

Qu’est-ce que l’opinion ?

dimanche 3 mai 2009

L’opinion publique existerait comme un élément naturel, l’air et l’eau, et il suffirait de se donner les moyens de la récolter. Cette préoccupation a longtemps été celle des pouvoirs qui en confiaient la captation aux policiers et à leurs auxiliaires. Une technologie rationnelle a relégué tous les autres moyens au point que l’opinion publique est devenue ce que mesurent les sondages. Et puisque la technique était assez ample et rigoureuse pour s’appliquer à tous les sujets, il est devenu évident que l’opinion publique était une donnée universelle. Autrement dit, les humains avaient une opinion sur tout et il suffisait de la leur demander pour l’obtenir.

Une opinion partout et sur tout, cette invention produite par les sondages est fausse. C’est le sens de la fameuse affirmation et souvent mal comprise de Pierre Bourdieu : « L’opinion publique n’existe pas ». Il s’agissait de démentir l’existence naturelle de l’opinion produite par les sondages. Il s’agissait surtout de soutenir que l’opinion publique existait selon des formes différentes et qu’il fallait un coup de force pour mélanger des déclarations dont la valeur nominale d’unités comptables n’excluait pas des différences de contenu et d’intensité qui limitait pertinence du traitement statistique.

Récolter l’opinion comme disent volontiers les sondeurs, cela signifie implicitement que cette opinion existe sur le mode de la réalité objective. Cette croyance est plus ou moins juste ou plus ou moins fausse. Il est vrai que dans certaines circonstances d’une mobilisation par exemple, il existe une opinion antérieure à son enregistrement par l’enquête. Il est tout aussi vrai que dans d’autres cas, il n’existe pas d’opinion sans le questionnement. Et dans ces cas, il existe aussi divers degrés d’artefacts depuis la consolidation par les sondages jusqu’à la pure et simple affabulation où des sondés répondent à peu près n’importe quoi pour se débarrasser d’un enquêteur ou lui faire plaisir. Peu importe la pertinence de cette opinion publique car pour les marchands de sondages, il importe avant tout que leur produit puisse être vendu quel que soit le propos.

Aussi tous les sondages n’ont pas la même valeur. Nombre d’entre eux produisent de purs artefacts, ce qui ne signifie pas qu’ils soient négligeables puisqu’ils produisent des effets de croyance dans la vie politique et sociale. D’autres approchent de plus près des réalités qui peuvent informer notre connaissance du monde. Pas forcément intentionnellement. L’évaluation des sondages et de leurs interprétations n’est jamais facile. Elle est une affaire de compétence que des spécialistes universitaires mettent au service du public sur le site observatoire-des-sondages.org. Elle est aussi l’affaire de tous puisque nous sommes tous confrontés aux sondages et que chacun peut contribuer à une meilleure compréhension de cette ingénierie sociale.

Lire aussi

  • Biaisé mais bon pour le moral

    12 mars 2018

    A lire les sondages la défiance à l’égard des professionnels de l’information n’est guère moins prononcée que la défiance à l’égard des professionnels de la politique [1]. Heureusement, magie des chiffres (...)

  • Impostures de l’année, et maintenant l’effet Goldman

    26 décembre 2017

    Le chanteur à la retraite Jean-Jacques Goldman, qui vit désormais à Londres, est devenu en cette fin d’année la cible n° 1 des sondeurs et de la presse française. Redevenu pour être exact.
    Il avait (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)