observatoire des sondages

Quand les jihadistes suggèrent les questions

lundi 25 mai 2015

Les votes de paille lancés par les médias laissent souvent pantois tant la stupidité des questions s’étalent impunément. Une vulgarité peut-être assumée puisqu’il faut bien poser les questions que les gens peuvent comprendre. Une idée peu flatteuse des peuples aujourd’hui.

Il est des exercices qui ne sont pas innocents comme lorsque le portail Orange laisse sur sa page pendant plusieurs jours une question posée par Daesh :

« En Syrie, plus de 215.000 personnes ont trouvé la mort, en majorité des civils, sous les feux des combattants du régime mais surtout sous les bombes lancées par les fidèles de Bachar al-Assad. Dès lors, l’EI accuse l’occident de se préoccuper bien plus des pertes culturelles que des pertes humaines et le débat grandit à ce propos : la destruction d’un vestige archéologique, patrimoine mondial culturel, doit-il plus alerter les consciences que la perte d’une vie humaine ? », 6Medias [1].

On savait le décervelage une méthode classique des groupes sectaires.


[1Agence de presse numérique généraliste fondée en 1999.

Lire aussi

  • Sondages de rentrée : quel est le sens des questions ?

    30 août 2014

    Il aurait été surprenant que le plus gros producteur de sondages d’opinion français (l’Ifop) n’entre pas dans la danse des sondages éclairs qui frappent l’espace public depuis la démission de Manuel (...)

  • Des questions qui ne se posent pas

    19 avril 2013

    Y aurait-il une élection présidentielle en cour ? On pourrait le croire en découvrant le sondage Ifop-Fiducial-Europe1 sur les intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle si « (...)

  • Quand il n’y a rien à dire...du tout

    2 mai 2012

    Après les titres à sensation qui ont suivi l’annonce de la remontée de 1 point de Nicolas Sarkozy sur François Hollande, crédités respectivement par Ipsos de 47% et 53% d’intentions de vote au second (...)