observatoire des sondages

Quand il n’y a rien à dire...du tout

mercredi 2 mai 2012

Après les titres à sensation qui ont suivi l’annonce de la remontée de 1 point de Nicolas Sarkozy sur François Hollande, crédités respectivement par Ipsos de 47% et 53% d’intentions de vote au second tour de la présidentielle (Le Monde, 30 avril 2012) [1], la presse ne pouvait, manifestement, rester insensible au 0,5 point gagné par Nicolas Sarkozy sur François Hollande, annoncé cette fois par l’Ifop dans deux sondages différents. Le président sortant rassemblant 46 et 47,5% des intentions de vote et son adversaire François Hollande 54% et 52,5%. Plutôt que gloser sur la différence des résultats, Le Point titrait par exemple : « Sondages : Sarkozy remonte encore », allant jusqu’à prévoir un éventuel un effet « 1er mai » pour la prochaine livraison (Le Point, 1er mai 2012). La rédaction du journal a sans doute estimé que lorsqu’il n’y a rien à dire on pouvait toutefois l’écrire.

Lire aussi

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Qu’est-ce que bouder veut dire ?

    4 février 2013

    Selon l’Ifop, les « Français », comprendre les sondés rémunérés par l’Ifop (il s’agit d’un sondage en ligne), seraient de moins en moins favorables au principe de l’instauration d’une taxe à 75% sur les hauts (...)

  • Quand il n’y a rien à dire...

    1er mai 2012

    Ipsos annonce un resserrement des écarts entre François Hollande et Nicolas Sarkozy crédités respectivement de 53 % et 47 % (Ipsos Le Monde-France Télévision-Radio France, 30 avril 2012). Une hausse de 1 (...)