observatoire des sondages

Quand il n’y a rien à dire...

mardi 1er mai 2012

Ipsos annonce un resserrement des écarts entre François Hollande et Nicolas Sarkozy crédités respectivement de 53 % et 47 % (Ipsos Le Monde-France Télévision-Radio France, 30 avril 2012). Une hausse de 1 point pour le candidat sortant par rapport à la semaine précédente. Les sondeurs sont les premiers à dire qu’une variation de 1% n’a aucune valeur étant donné les marges d’erreur. Qu’à cela ne tienne, les journalistes se chargent d’en tirer de beaux titres : « L’écart se réduit à l’approche du scrutin » [1], « l’écart de resserre » [2]« Sarkozy reprend du terrain à Hollande » [3] ou encore « Hollande en tête à 53%, Sarkozy se rapproche » [4], etc. Sans commentaire.


[1Le Monde, 30 avril 2012.

[2France Télévision, 30 avril 2012.

[3France soir, 30 avril 2012.

[4Le Nouvel Observateur, 30 avril 2012.

Lire aussi

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Sondages pour rien

    30 avril 2013

    C’était promis, juré. Après la frayeur qui leur fut causée par la proposition de loi sénatoriale sur la régulation des sondages, les sondeurs avaient assuré qu’ils avaient corrigé leurs pratiques. Plus (...)

  • Qu’est-ce que bouder veut dire ?

    4 février 2013

    Selon l’Ifop, les « Français », comprendre les sondés rémunérés par l’Ifop (il s’agit d’un sondage en ligne), seraient de moins en moins favorables au principe de l’instauration d’une taxe à 75% sur les hauts (...)