observatoire des sondages

Quand un journaliste du Monde prend ses lecteurs pour des imbéciles

mardi 27 septembre 2016

La publication lundi 26 septembre 2016 par Le Monde d’un sondage Ipsos-Cevipof relatif à la présidentielle de 2017 a été suivie par d’un tchat. Un journaliste du service politique du journal se chargeant de répondre aux questions des internautes. L’un d’entre eux s’étonnait de l’absence dans le sondage des données brutes. La réforme de la loi sur les sondages entrée en vigueur en avril 2016 impose au sondeur de les communiquer. Ajoutons que le Cevipof arbore le label CNRS. Peut-on imaginer un laboratoire refusant de publier ses protocoles de recherche ? Oui si ce n’est pas un laboratoire scientifique. Donc le Cevipof n’est pas un laboratoire scientifique, mais ce n’est pas, on pouvait s’en douter, ce qu’a répondu le journaliste.

- "Pourquoi ne pas donner accès aux données brutes du sondage, ainsi qu’à son cahier des charges, etc., bref réaliser un sondage « open source » !"

- Jean-Baptiste de Montvalon : "S’agissant des données brutes, aucun institut n’est tenu de les publier, aucun ne le fait. On peut considérer qu’il s’agit pour eux de cacher des recettes de cuisine… Mais publier ces données rendrait la lecture des sondages illisibles et incompréhensibles. On peut bien sûr le critiquer, le contester, mais c’est précisément le travail des sondeurs de corriger ces données en tenant compte, notamment, de la représentativité des sondés et de leur comportement électoral antérieur".

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)