observatoire des sondages

Sondage et microtrottoir

dimanche 5 juillet 2015

La chaîne d’information en continu I>télé (4 juillet 2015) semble avoir inauguré un nouveau dispositif de mise en scène télévisée des sondages : accompagner les résultats statistiques par un micro trottoir.

Ainsi, le sondage Odoxa-Itele-Le Parisien-CQFD sur l’évaluation de l’influence des dirigeants européens était-il présenté à l’aide d’un histogramme attestant la très large avance de la chancelière allemande Angela Merkel, (67%) sur le président de la BCE, Mario Draghi (14%), le président de la commission européenne Jean Claude Juncker (10%) et surtout François Hollande (2%), avant que, illustration ou confirmation, le micro soit tendu à des citoyens abondant tous dans le même sens sauf un interlocuteur dont on assurait qu’il avait été difficile à trouver. Illustration et confirmation. Agrémenter des chiffres austères par des déclarations, comment n’y avait-on pensé plus tôt ? Sachant que les sondages ont été légitimés par la revendication d’une supériorité sur l’opinion floue de la rumeur et de la conversation, on pourra interpréter cette mise en scène comme une régression. A moins qu’il soit demandé aux gens non de répéter l’opinion des sondages mais d’expliquer leur opinion. Un retour au qualitatif en somme.

Lire aussi

  • François Hollande en sondeur et critique

    9 mars 2017

    Amateur de confidences, François Hollande vient de livrer cette évaluation peu banale pour un Président de la République sur le score du FN : Les sondages sous-estimeraient les intentions de vote en (...)

  • Fillon président ? L’hypothèse impossible

    9 mars 2017

    L’un après l’autre les sondeurs décident de passer outre l’interdiction de publier des seconds tours impossibles, en l’espèce une confrontation François Fillon/Marine Le Pen à l’élection présidentielle, (...)

  • Hollande candidat ?

    23 décembre 2016

    Il y avait bien des raisons pour que le renoncement de François Hollande à la candidature présidentielle provoque une hausse de popularité. Il réunissait en effet ceux qui le soutenaient envers et (...)