observatoire des sondages

Comme des arracheurs de dents !

mardi 4 octobre 2011

Les publi-rédactionnels des entreprises de sondages signés par des journalistes se sont multipliés ces dernières semaines dans la presse. Exemple, L’Express du 7 septembre 2011 :

« Dans L’Express, cette semaine, Hugues Cazenave, président d’Opinionway, suggère une piste pour encadrer les sondages : publier les données brutes avant redressement. La publication des données brutes était déjà une piste avancée par les sénateurs Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) dans une proposition de loi adoptée au Sénat le 14 février dernier. Ce texte, dans lequel les sondeurs ont trouvé de nombreuses propositions intéressantes, n’a toujours pas été adopté par les députés ». 

Bien entendu tout est faux. Les sondeurs se sont unanimement prononcés contre cette proposition de loi. Sensible à leurs arguments, Nicolas Sarkozy a consenti à l’examen du texte, après avoir dans un premier temps opposé son veto, en veillant soigneusement à ce que le rapporteur UMP le vide entièrement de sa substance par une série d’amendements dictés au mot près par les sondeurs ravis de leur nouveau rôle de législateur (Cf. Psittacisme : quand les sondeurs font la loi).

Lire aussi

  • Quand France Inter abuse des auditeurs ensommeillés

    1er septembre 2011

    Des auditeurs de France-Inter ont compris à l’écoute des explications de Thomas Legrand, le 31 août 2011 à 7h 45 du matin, que les sondeurs ne s’étaient pas trompés pour les primaires écologistes [1]. (...)

  • Nicolas Sarkozy remonte ! Qui le dit ?

    15 juin 2011

    On savait depuis quelques mois que la descente aux enfers sondagiers de Nicolas Sarkozy serait suivie d’une lente remontée annoncée comme une reconquête. Le « plan com » ne faisait aucun doute : un (...)

  • Quand les laboratoires d’idées n’ont pas d’idées

    9 avril 2011

    On les appelle think tanks, les Français ont traduit par laboratoires d’idées. Dans les deux cas, c’est sans doute trop flatteur. Il faudrait qu’ils aient des idées. On peut en effet en douter quand (...)