observatoire des sondages

Coquille cocasse dans Le Monde

vendredi 17 février 2012

Le Monde daté du 17 février 2012 publie les résultats de la quatrième vague de son baromètre Ipsos-Logica Business Consulting-CEVIPOF-Fondapol-Fondation Jean Jaurès, censés appuyer les analyses de Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences po. Un « quali » intégré au baromètre, effectué auprès d’une dizaine des personnes !, est censé donner des explications sur les reports d’intention de vote en faveur de Marine Le Pen vers d’autres candidats. Si la dizaine de sondés est notoirement ridicule pour un « quali », comment qualifierait-on cet effectif pour une étude quantitative. Or, les mentions relevant de la fiche technique du « présidoscope » (nom donné à ce baromètre), qui figurent en légende d’un magnifique graphique formé de cercles et de flèches, indiquent le même effectif d’une dizaine de personnes. Cocasse coquille qui montre le faible intérêt accordé aux considérations de rigueur technique quand il s’agit de tout autre chose, et en l’occurrence, de prêcher pour sa paroisse.

On appréciera l’humour bien involontaire de Pascal Perrineau qui glose « savamment » sur des reports de 0,5% pour Jean Luc Mélenchon, François Hollande, François Bayrou, et Nicolas Sarkozy, effectif déjà ridicule pour un échantillon représentatif de 1000 personnes (5 au total) mais qui donnerait pour un échantillon de 10 un total de....0,05 personne.

Lire aussi

  • Crise du journalisme : « Recherche sondage désespéremment »

    4 juin 2018

    Pourquoi les sondages n’ont-il pas encore enregistré les humeurs frondeuses de la « jeunesse » s’interroge (sérieusement ?) le quotidien Le Monde qui a cru percevoir ici ou là quelques signes (...)

  • Vieillesse et doxosophie : le double naufrage

    18 février 2018

    Politologue-sondeur à la retraite, Roland Cayrol hante toujours autant les plateaux de télévision. Malgré le nombre d’années sa détermination à faire du café commerce la Maison des Sciences de l’Homme (...)

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)