observatoire des sondages

Des sondages sans valeur : ce sont les sondeurs qui le disent

samedi 29 octobre 2011

Six sondages sur la présidentielle de 2012 ont été publiés dans la semaine qui a suivi la fin du scrutin de la primaire socialiste du 16 octobre 2011 et qui a vu la victoire de François Hollande face à Martine Aubry. Quatre d’intentions de vote [1] et deux de pronostics de victoire [2]. Tous sont favorables au candidat socialiste qui battrait largement Nicolas Sarkozy au second tour, avec 60 à 64% des voix (contre 36 à 40% au président sortant). Quant aux pronostics des sondés, ils sont également sans appel puisque 75% des personnes interrogées par Viavoice voient le candidat du PS futur président de la République, et 60% des internautes payés par Harris Interactive [3].

Comme d’habitude les effectifs réellement interrogés sont inférieurs aux échantillons annoncés, selon les enquêtes entre 750 et 950 personnes. Aucun des sondages d’intentions de vote ne prévoit d’abstention (option non proposée aux sondés), une aberration, devenue elle aussi coutumière. BVA et CSA [4] ont sans doute dû déployer plus de talent de persuasion, même si leurs taux d’intentions de vote non exprimées au second tour s’établissent à 17 et 18%. Pas de préoccupation de ce genre pour l’Ifop et Lh2 puisque les réponses des internautes conditionnent directement les rémunérations de ces derniers.

Quoi qu’il en soit à six mois de l’échéance présidentielle de tels sondages, et donc de tels scores, n’ont aucun sens. Ce sont les sondeurs qui le disent. Un effet des critiques récentes sur les sondages sur la primaire socialiste ?

Un exemple d’échange sur BFM (21 octobre 2011) :

- Stéphane Soumier (BFM) : « Qu’est-ce que c’est que ces chiffres Gaël Sliman ? On a été à l’école, on connaît l’histoire de France et on sait très bien que 64, 68%, ça n’a pas de sens ! »

- Gaël Sliman (BVA) : « Vous avez raison. Mais expliquons un peu. 64% c’est le score, si l’élection avait lieu dimanche prochain, du second tour de l’élection présidentielle (…). Nos confrères de CSA ont sorti un sondage à peu près au même moment qui donne du 62-38. Donc vous voyez, il y a de la constance dans la folie des sondeurs. Est-ce que cela signifie qu’il y a des chances que l’année prochaine, qu’en mai prochain on observe un résultat de ce type ? Honnêtement non ! »


[1CSA BFM-TV-RMC, 19 octobre 2011 ; BVA-Orange-PQR-RTL, 20 octobre 2011 ; Ifop-JDD, 21 octobre 2011 ; Lh2-Yahoo, 23 octobre 2011.

[2Harris Interactive-MSN-RTL, 18 octobre 2011 ; Viavoice-Libération, 24 octobre 2011.

[3La différence de méthode, téléphone pour Viavoice, internet pour Harris Interactive, et la formulation de la question, expliquent en partie un tel écart.

[4Sondage par téléphone.

Lire aussi

  • « Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

    18 avril 2018

    Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les (...)

  • « Je suis Charlie » : les sondeurs sans rancune

    14 janvier 2015

    Charlie Hebdo compte désormais parmi ses nombreux « nouveaux amis », un sondeur, en l’occurrence l’Ifop.
    L’Ifop sans rancune, qui oserait en douter ?
    Juin 1992, pour le retour de Charlie Hebdo en (...)

  • Législatives : les sondeurs se sont-ils trompés ?

    21 juin 2012

    Le volume de production des sondages consacrés aux dernières législatives a été relativement faible, 66 depuis décembre 2011, selon notre décompte effectué notamment sur la base des recensions effectuées (...)