observatoire des sondages

Election présidentielle en Colombie : Haro sur les entreprises de sondages

lundi 31 mai 2010

Alors que tous les sondages d’intention de vote annonçaient un scrutin serré, les résultats du premier tour de l’élection présidentielle du 30 mai 2010 créditent Juan Manuel Santos, ancien ministre de la défense du président sortant Alvaro Uribe, d’une large avance (46,6%) sur son adversaire, ancien maire de Bogota, Antanas Mockus (21,5%). Cette défaillance unanimement soulignée par la presse colombienne, s’expliquerait par la non représentativité des échantillons de sondés, les sondeurs ayant mené leurs enquêtes principalement dans les grandes villes délaissant d’autant les zones rurales [1]. Seul « point positif » relevé ironiquement par une radio colombienne, qui ne manque pas au passage de dénoncer la publication incessante de sondages, les estimations issues des enquêtes effectuées deux mois avant la tenue du scrutin étaient plus proches, en termes comparatifs du moins, des résultats définitifs.


[1Cf. Saldo en rojo para las encuestas, El Colombiano, 31 mai 2010.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • Doxosophie : le variant Cluster17

    24 décembre 2021

    Plus de 2000 ans après l’incendie du temple d’Artémis d’Éphèse les disciples d’Erostrate continuent de multiples manières à perpétrer sa mémoire et sa « geste » : faire des sottises ou exhiber leur bêtise (...)

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)