observatoire des sondages

Intentions de vote contre bons d’achats : la sincérité en politique selon l’Ifop

vendredi 18 février 2011

Rien de tel qu’un rapide sondage reposant sur quelques clics de souris d’internautes espérant gagner un bon d’achats pour un nécessaire à maquillage, ou un baladeur numérique, pour maintenir le volume ambiant du brouhaha médiatique. L’Ifop l’illustre une nouvelle fois dans France Soir (vendredi 18 février 2011) avec le concours d’un échantillon d’internautes non représentatifs et rémunérés qui affirment vouloir voter à l’élection présidentielle de 2012, pour DSK (26%), pour Nicolas Sarkozy (22%) et pour Marine Le Pen 20%, etc. Les chiffres sont d’autant plus absurdes que nul ne s’abstient. On ne reprochera pas à l’Ifop son incohérence alors que l’entreprise s’oppose à toute transparence en matière de sondages.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • Doxosophie : le variant Cluster17

    24 décembre 2021

    Plus de 2000 ans après l’incendie du temple d’Artémis d’Éphèse les disciples d’Erostrate continuent de multiples manières à perpétrer sa mémoire et sa « geste » : faire des sottises ou exhiber leur bêtise (...)

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)