observatoire des sondages

L’Ifop « pousse » DSK

lundi 29 novembre 2010

Encore un push poll de l’Ifop publié par le Journal du Dimanche du 28 novembre 2010. Dominique Strauss Kahn arrive en tête avec 32 %, devant Martine Aubry (11%) et Ségolène Royal (10%), à la question suivante : "Quelle personnalité souhaiteriez-vous voir désignée comme candidat du Parti Socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 ?". Pour compléter l’opération le quotidien peut titrer : "PS : DSK écrase les primaires".

Cette question ouverte est en réalité une question de notoriété qui avantage les personnalités les plus médiatisées. Ainsi s’explique la concentration des préférences. Ainsi s’explique aussi le fait que DSK arrive toujours en tête des sondés socialistes dans ce type de question [1]. Par ailleurs, la population des sondés comprenant les partisans de la majorité présidentielle, ceux-ci choisissent donc l’adversaire. Autrement dit, ces sondés font pencher la balance du côté du candidat de gauche le plus proche d’eux ou encore le moins à gauche. Effet quasi mécanique que l’on a appelé « théorème de l’électeur médian » [2]. On fera crédit aux sondeurs de l’Ifop, ils savent cela et agissent donc sciemment pour promouvoir une candidature de DSK. A force, ils y perdront tout crédit, s’il leur en reste.


[1Cf. par exemple les sondages précédents, Ifop-Paris Match, 10 mai 2010, Ifop-Dimanche Ouest France, 22 août 2009.

[2Soulignons en outre que 26% des sondés ne désignent aucune personnalité, 4% une autre, et enfin 11% ne se prononcent pas.

Lire aussi

  • Il y a 39 ans : F. Mitterrand, les sondages et la peine de mort

    9 mars 2020

    Le 16 mars 1981, invité à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2 François Mitterrand, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare ouvertement son opposition à la peine capitale en dépit des (...)

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)

  • Les sondeurs et la post-vérité

    4 avril 2019

    L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès (...)