observatoire des sondages

L’action politique à coups de sondages

vendredi 6 juin 2014

L’affaire Bygmalion a, une fois de plus, pointé du doigt des responsabilités éventuelles de Nicolas Sarkozy dans les irrégularités comptables de la campagne électorale présidentielle de 2012. Une épée de Damoclès supplémentaire pour un candidat mis en cause dans plusieurs autres affaires judiciaires. Que croit-on qu’il en sortît ? Au lieu de s’interroger sur les risques pour l’ancien Président de la République la plupart des commentateurs ont vu une occasion d’un retour politique. Extraordinaire paradoxe. Bien entendu ce diagnostic bizarre est fondé sur les sondages [1], non point parce que la cote de Nicolas Sarkozy grimpe mais au contraire parce qu’elle s’effrite. Ce jeu de bookmaker politique a même séduit un chercheur du Cevipof (Sciences-Po Paris) [2]. Ce qui pourrait se traduire par la « loi » suivante : quand les sondages montent c’est le moment de revenir, quand les sondages baissent c’est le moment de revenir [3]

Belle manière de transformer les retraites en offensive. A cet égard ces commentaires n’ont rien à envier aux communiqués de la Wehrmacht pendant la retraite de Russie dont se moque Victor Klemperer [4]. En l’occurrence le bluff cache bien des intérêts réels des bluffeurs. Comment conjurer les menaces judiciaires graves qui pèsent sur Nicolas Sarkozy et ses proches sinon en entrant de plain-pied dans l’arène afin de dénoncer des manœuvres politiques contre « le meilleur opposant » [5], et surtout de tenter de colmater les brèches en espérant devenir Président de la République et rééditer la prouesse de Jacques Chirac en 2002, lorsque sa réélection mit un terme à toutes les instructions judiciaires sur sa personne.

Sur ce terrain aussi l’histoire se répète et toujours comme une farce.


[1Cf. notamment BVA-L’Express-Orange-France Inter, 2 juin 2014 ; et Harris-Interactive-LCP, 5 juin 2014.

[2« Alors que Nicolas Sarkozy voit sa cote d’avenir chuter dans les sondages, Brice Hortefeux plaide pour sa candidature à la présidence de l’UMP à l’automne. Pour Thomas Guénolé, l’ancien président de la République doit accélérer son retour avant qu’il ne soit trop tard », cf. « Pourquoi Nicolas Sarkozy doit être candidat à la présidence de l’UMP », Le Figaro, 3 juin 2014.

[3Cf. Brice Hortefeux in Le Monde, 4 juin 2014 ; Cf. « Présidentielle 2017 : Sarkozy candidat favori à droite mais Juppé gagne du terrain », Le Parisien, 4 juin 2014 ; Cf. « Nicolas Sarkozy n’a plus le choix », La Tribune, 6 juin 2014.

[4Cf. LTI, la langue du 3e Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, 1996.

[5Cf. Pauvres sondés.

Lire aussi

  • Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

    3 janvier 2017

    Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la (...)

  • Le degré zéro de la politique à Marseille

    9 mars 2013

    Quand on n’a pas d’idée, on fait un sondage. "L’ “idée” " de faire un sondage sur « les principaux candidats » aux primaires socialistes à Marseille en vue des municipales de mars 2014, annoncée par Alain (...)

  • Quand un parti politique se mêle de sonder...

    15 février 2013

    La manipulation est grossière mais on ne sait pas si elle annonce l’avenir des sondages, une exception canadienne ou un passé révolu. Quand le Parti Conservateur canadien se pique de faire son propre (...)