observatoire des sondages

Le parrain

mercredi 8 février 2012

On n’avait pas épuisé l’inventaire des effets politiques des sondages. Ils servent aujourd’hui à faire pression sur les élus habilités à parrainer les candidatures. Depuis l’adoption d’une loi organique en date du 18 juin 1976, il faut disposer on le sait de 500 signatures, au lieu des 100 exigées jusqu’alors [1], pour être candidat à l’élection présidentielle. Le camp du président sortant est si mal en point qu’il vient de trouver une nouvelle ficelle pour tenter un « sauvetage » en montrant le danger que ferait peser une candidature du Front national sur sa réélection, et implicitement sur la droite. D’où la publication de push polls pour dissuader d’éventuels parrains [2]. La publicité des parrainages constitue une condition supplémentaire. On comprend mieux l’intervention d’un candidat non candidat, Nicolas Sarkozy, qui a manifesté son opposition à l’anonymat des parrainages, contraire selon lui à l’esprit des institutions (AFP, 7 février 2012).


[1Chiffre fixé en 1962 lors de l’instauration du suffrage universel pour l’élection présidentielle.

Lire aussi

  • L’avis d’un beauf

    27 octobre 2022

    Cyril Hanouna se distingue par une exceptionnelle vulgarité sur des chaines de télévision qui n’en manquent pas. A l’occasion d’un meurtre sordide d’une petite fille, exploitée politiquement par (...)

  • Petite leçon de méthode d’un sondeur russe

    25 octobre 2022

    Si les sondeurs, français notamment, racontent beaucoup d’histoires drôles, scientifiquement parlant s’entend, pas sûr qu’ils apprécient comme il se doit la blague du Monde, bien involontaire il est (...)

  • Sondage à la sauce hongroise

    16 octobre 2022

    Les sondages, on le sait, ne sont pas l’apanage des démocraties. N’en déplaisent aux sondeurs qui tels des arracheurs de dents affirment le contraire depuis des lustres. Enquêtes publiques de masse, (...)