observatoire des sondages

Le parrain

mercredi 8 février 2012

On n’avait pas épuisé l’inventaire des effets politiques des sondages. Ils servent aujourd’hui à faire pression sur les élus habilités à parrainer les candidatures. Depuis l’adoption d’une loi organique en date du 18 juin 1976, il faut disposer on le sait de 500 signatures, au lieu des 100 exigées jusqu’alors [1], pour être candidat à l’élection présidentielle. Le camp du président sortant est si mal en point qu’il vient de trouver une nouvelle ficelle pour tenter un « sauvetage » en montrant le danger que ferait peser une candidature du Front national sur sa réélection, et implicitement sur la droite. D’où la publication de push polls pour dissuader d’éventuels parrains [2]. La publicité des parrainages constitue une condition supplémentaire. On comprend mieux l’intervention d’un candidat non candidat, Nicolas Sarkozy, qui a manifesté son opposition à l’anonymat des parrainages, contraire selon lui à l’esprit des institutions (AFP, 7 février 2012).


[1Chiffre fixé en 1962 lors de l’instauration du suffrage universel pour l’élection présidentielle.

Lire aussi

  • Lynchage sondagier

    31 mai 2017

    Selon un sondage Harris Interactive effectué par internet (Atlantico, 31 mai 2017), « les Français ont tranché » en « jugeant » que deux ministres mis en cause - Richard Ferrand et Marielle de Sarnez - (...)

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)