observatoire des sondages

Les sondages russes ne se sont pas trompés

lundi 5 mars 2012

Victorieux dès le premier tour dans tous les sondages, Vladimir Poutine a remporté, comme convenu, l’élection présidentielle russe totalisant selon les derniers décomptes 63,9% des voix (France24, 5 mars 2012) [1]. Une multitude de cas fraudes a par ailleurs été relevée. Les sondeurs n’ont donc pas failli. Le pouvaient-ils ? Quelques jours avant l’échéance l’un d’entre eux expliquait comme suit les scores annoncés : « Cette tendance s’explique en partie par le fait que M. Poutine bénéficie à la télévision publique de 70% du temps d’antenne contre 30% pour les autres candidats dans le cadre de la campagne électorale » (Lev Goudkov, Centre Analytique Levada, AFP, Moscou, 24 février 2012).


[1Il était crédité avant le scrutin de 56,7% à 66% des intentions de vote.

Lire aussi

  • Les pauvres sont-ils utiles à la société ?

    12 février 2013

    Stupide, la question n’a pas été posée par un sondeur. Nous serions rassurés si une autre question – « Les riches sont-ils utiles à la société ? – n’avait été posée par l’IFOP pour le magazine Enjeux-Les (...)

  • Législatives : les sondeurs se sont-ils trompés ?

    21 juin 2012

    Le volume de production des sondages consacrés aux dernières législatives a été relativement faible, 66 depuis décembre 2011, selon notre décompte effectué notamment sur la base des recensions effectuées (...)

  • Des sondages sans valeur : ce sont les sondeurs qui le disent

    29 octobre 2011

    Six sondages sur la présidentielle de 2012 ont été publiés dans la semaine qui a suivi la fin du scrutin de la primaire socialiste du 16 octobre 2011 et qui a vu la victoire de François Hollande face (...)