observatoire des sondages

Nicolas Sarkozy réélu : les derniers push polls de l’Ifop

vendredi 19 novembre 2010

L’Observatoire des sondages avait signalé que l’Ifop était devenu le nouveau pourvoyeur de push polls de la majorité présidentielle pour promouvoir Nicolas Sarkozy à la suite du discrédit touchant OpinionWay, son ancien fournisseur [1]. Notre diagnostic se confirme avec les derniers sondages Ifop-Paris Match [2] et Ifop-la Lettre de l’opinion [3], qui à l’envers de toutes les informations politiques actuelles (affaires, querelles, impopularité, ratages politiques de l’intéressé), et de l’avis des initiés de surcroit, réussissent à renforcer les intentions de vote en faveur du président sortant, déjà candidat, face à un adversaire qui n’est pas candidat, un an et demi avant une élection, à un moment donc où il est difficile de repérer des intentions de vote, mais où il est toujours possible pour les conseillers en communication de mesurer des opinions qui n’existent pas.

Dans tous les cas, quand ce n’est pas un ami du président (Arnaud Lagardère) qui ouvre les colonnes de son magazine à un sondage d’une amie du président (Laurence Parisot), c’est le sondeur lui même qui édite son propre sondage dans sa publication, la Lettre de l’opinion [4].


[2Cf. Paris-Match, 16 novembre 2010, réalisé par téléphone.

[3Cf. LCI, 19 novembre 2010, effectué en ligne.

[4Sur la Lettre de l’Opinion voir Petit sondage entre soi : le droit de grève selon l’Ifop.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)