observatoire des sondages

Pour une régulation

L’introducteur des sondages en France, Jean Stoetzel, eut un jour l’occasion d’un propos alarmiste : « Il est possible que les sondages d’opinion publique produisent dans l’avenir des ravages affreux dans les sociétés, mais qu’y pouvons-nous ? Nous ne pouvons pas supprimer quelque chose qui existe, une science. Je peux seulement espérer que les hommes seront assez sages pour ne pas pousser jusqu’au bout les conséquences possiblement fâcheuses des techniques scientifiques » [1]. Se contenterait-on de cette espérance s’il s’était agi de l’arme nucléaire ? Quand Jean Stoetzel s’exprimait, celle-ci avait déjà fait l’objet d’initiatives de contrôle. Si les sondages ne sont pas aussi dangereux, il faut bien croire qu’ils le sont puisque des mécanismes de contrôle ont été aussi mis en place. Avec efficacité ? Pour le bien commun ? Là est aujourd’hui la question.

Trois articles vont esquisser les voies d’une réforme dont les constats sur les dérives et des événements récents imposent dans de brefs délais.

- Le premier fera un rapide tour d’horizon des trois modes de régulation existant.

- Le second proposera les différents points d’une réforme qui passe forcément en France par la voie législative puisqu’une loi régit déjà, et de plus en plus mal, la publication des sondages.

- Enfin le dernier article fera un inventaire des objets et principes des différents systèmes de régulation pour saisir notamment ce qui fait accord entre eux.

Notes

[1Jean Stoetzel, 17 février 1973, cité par Nicolas Jallot, La Manipulation de l’opinion. Ce sont les sondages qui le disent, Stock, 2007.


2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010