observatoire des sondages

Remaniement ministériel : l’Assemblée nationale paie des sondés

lundi 8 novembre 2010

L’Assemblée nationale n’a pas été convaincue par les arguments du rapport sénatorial sur les sondages qui préconise l’interdiction de toute gratification aux sondés. La Chaîne Parlementaire a en effet commandé un sondage à Harris Interactive (5 novembre 2010), selon lequel le maintien de François Fillon est souhaité par 47% des sondés, la nomination de Jean-Louis Borloo obtenant 22% des réponses et celle de Michèle Alliot Marie 18%. On peut s’interroger sur le sens d’un sondage portant sur une population censée représenter tous les Français alors qu’une bonne partie d’entre eux ne sont pas des électeurs de la majorité. Croit-on sérieusement que 87 % des Français se soucient d’espérer la nomination d’une des trois personnes citées ? Il est vrai qu’il s’agit d’un sondage en ligne dans lequel les sondeurs espèrent gagner un cadeau. On peut supposer que les répondants ont compris qu’ils ne gagneraient rien à répondre s’ils n’avaient aucun intérêt pour le choix qui leur était proposé.

Lire aussi

  • Le Noël de la gendarmerie nationale

    26 décembre 2014

    Encore un grand progrès de la connaissance de nous-mêmes grâce à l’Ifop : « Les Français » préfèrent les gendarmes à la police (81% d’entre eux ont une bonne image des gendarmes, et seulement 65% une bonne (...)

  • Pauvres sondés

    31 mai 2014

    Les sondeurs arrivent décidément à faire dire n’importe quoi aux sondés. A la manière de ces jeux où des gens simples sont ridicules mais « passent à la télé », ils donnent une idée très dévalorisée des (...)

  • Quand les sondés doutent des scientifiques ou la valorisation de l’ignorance

    23 avril 2014

    Que retenir des sondages qui nous montrent les réticences à l’égard des affirmations scientifiques ?
    Exemple :
    Une courte majorité d’« Américains » (51%) doute que le Big Bang survenu il y a quelques 13,8 (...)