observatoire des sondages

Sondages : quand les politiques s’essaient à la critique

vendredi 8 avril 2011

Les dirigeants politiques s’aviseraient-ils, enfin, de ne pas prendre au sérieux les sondages ?

Il y a ceux qui ne prennent pas au sérieux les mauvais sondages qui les concernent. Le plus obstiné étant Nicolas Sarkozy, qui ne veut plus voir ses mauvais sondages en face, pas plus que la réalité d’ailleurs. Il est vrai qu’il est aidé par quelques courtisans qui ne peuvent pas apporter de mauvaises nouvelles au prince. Dans ce cas pourtant il faut bien observer qu’il n’y a pas uniquement que de mauvais sondages, il y a de mauvaises élections.

Il est d’autres personnalités politiques, à la fois goguenardes et critiques. Au sondage qui plaçait la présidente du Front national en tête d’intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2012 [1] Jean-Luc Mélenchon déclarait : « C’est aussi stupide que d’annoncer que le père Noël est en tête » [2]. Après la publication d’un chiffre portant Nicolas Hulot au zénith des candidats préférés des Français [3] – presque l’Élysée – Eva Joly s’interrogeait : "Il y a des gens encore beaucoup plus populaires en France que Nicolas Hulot, Zidane par exemple, mais est-ce que vous demanderiez que je me retire pour Zidane ?" [4].

On a souvent reproché aux dirigeants politiques leur contradiction face aux sondages, hostiles ou indifférents en général, mais crédules, et même dévots, en réalité. Sceptiques lorsqu’ils sont mauvais, mais euphoriques quand ils sont bons. Adviendrait-il enfin une nouvelle « espèce » de dirigeants politiques cohérents : définitivement sceptiques ?


[1Cf. Le Parisien-Harris Interactive, 5 mars 2011

[2Cf. I>télé, 7 mars 2011.

[3Cf. à ce propos Le jeu des candidats préférés.

[4Cf. AFP, 3 avril 2011.

Lire aussi

  • Vote obligatoire : les politiques en plein désarroi

    17 avril 2015

    Les dirigeants politiques sont inquiets. On peut les comprendre. Ils sont de plus en plus mal élus. Même si les variations sont importantes le taux d’abstention aux élections a atteint ces 10 (...)

  • Les sondages à la télévision : critique impossible

    28 janvier 2014

    L’émission Mediapol LCP (27 janvier 2013) vient d’offrir un exemple du traitement médiatique ordinaire des sondages. Une promotion plutôt qu’une émission d’information. Significativement, elle se (...)

  • Apple s’initie à son tour à la critique des sondages

    13 mai 2010

    L’entreprise de conseil et d’études de marché américaine NPD Group a publié le 10 mai les résultats d’un sondage indiquant que Google devançait, pour la première fois, Apple sur le marché américain des (...)