observatoire des sondages

Trop de journalistes tue-t-il la démocratie ?

dimanche 15 avril 2012

Il est des formules de rhétorique qui ne s’usent jamais. "Trop de ... tue....".

« Trop de démocratie peut tuer la démocratie. Parce qu’on en arrive finalement à faire en sorte que des candidats qui pèsent 0,7 % voire moins aient le même temps de parole, la même exposition que des candidats qui pèsent 30 %. Donc c’est vrai que à mon avis ça amoindrit et ça affaiblit le débat démocratique paradoxalement en voulant justement l’améliorer. A mon avis c’est une règle qu’il faudra revoir ». (Albert Ripamonti, directeur de la rédaction d’i>télé, C dans l’air, France 5, 10 avril 2012)

"Trop de démocratie peut tuer la démocratie" assure le directeur de la rédaction d’i>télé. On aimerait que les journalistes réfléchissent à leurs formules. Trop de journalistes peut-il tuer le journalisme ? Trop de sottise peut-il tuer la sottise ? Les législateurs qui ont conçu les règles d’égalité dans la lutte électorale dès le 19e siècle se sont-ils trompés à ce point en prétendant que les inégalités sociales interdisaient le débat démocratique. Il est quand même étonnant que les journalistes ne s’inquiètent pas plus de l’omniprésence des mêmes personnes sur les plateaux. Comment peuvent-ils être dérangés par cette petite parenthèse du temps légal de campagne ? Et si c’est une règle qu’il faut revoir, sur quel critère. On le voit encore apparaître : par les sondages. Grand progrès assurément.

Lire aussi

  • Le culte des sondages fait-il perdre la raison ?

    14 avril 2017

    Ne disposant d’aucune information supplémentaire nous nous contenterons de diagnostiquer à propos du sujet ci-dessous une faiblesse intellectuelle momentanée, liée sans doute à une campagne (...)

  • De la démocratie à l’opiniomanie

    17 novembre 2016

    Le baromètre Ipsos-Cevipof semble altérer singulièrement le comportement et les capacités cognitives de certains membres de la rédaction du quotidien Le Monde. Fin septembre les lecteurs du journal (...)

  • L’intuition (de Copé) contre les sondages

    5 mars 2012

    « Quand ils sont trop bons, les sondages, on est tous complètement endormis, quand ils sont mauvais, ça déprime. Donc, ne les regardons pas…. C’est juste une intuition : c’est Nicolas Sarkozy qui va (...)