observatoire des sondages

Un sondage pas très catholique

mercredi 5 juin 2013

Dans son catalogue, l’industrie du sondage a ce produit qui pourrait être à la presse comme aux entreprises et à tous les groupes d’intérêt l’équivalent de la parfumerie pour la fête des mères : le sondage pour faire plaisir. En anglais, on dirait le wishfull polling. Pourquoi une bonne nouvelle ne serait-elle pas un cadeau ? La Croix publie donc cette information selon laquelle 80 % des « Français » croient que l’enseignement privé catholique « assure un enseignement de qualité », 72% « qu’il forme des citoyens responsables », ou encore 67%, « qu’il prépare efficacement à la vie professionnelle » (La Croix-Enseignement catholique-OpinionWay, 30 mai 2013).

Comment le savent-ils ? Au moins la posture est-elle ici cohérente puisque croire est plus important que savoir dans le catholicisme.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • Et maintenant les sondages Bolloré...

    9 janvier 2022

    Devenu progressivement muet médiatiquement depuis son rachat par le groupe Bolloré en 2008 suivi en 2015 de son intégration au groupe Havas, le sondeur CSA tente depuis quelques mois un « come back (...)

  • Inceste : les “fantaisies” de l’industrie de l’opinion. Pour la bonne cause ?

    16 janvier 2021

    Les révélations visant le politologue de Sciences-Po Paris Olivier Duhamel ont donné un nouvel attrait aux « enquêtes » de Ipsos sur l’inceste laissant augurer que les vices de fabrication des sondages, (...)