observatoire des sondages

Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

mercredi 10 juillet 2019

Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris notamment, où la lutte des places au sein de LREM confirme, si besoin était, que ces spéculations sondagières sont avant tout une arme politique entre les mains de candidats visant à discréditer leurs concurrents.

Le 5 juillet 2019 l’Opinion annonçait qu’il s’était procuré un sondage confidentiel de l’Ifop donnant Cédric Villani vainqueur au second tour des municipales parisiennes face à la maire sortante Anne Hidalgo. Benjamin Griveau (ex-porte-parole du gouvernement) autre candidat LREM déclaré, et donné favori pour l’investiture officielle, serait quant à lui battu.

Un sondage confidentiel « jusque là » comme l’affirme avec candeur le quotidien qui lève le secret en dévoilant sa teneur ? De fait un sondage confidentiel le reste très rarement quand les résultats arrangent, et le demeure quand ils ne sont pas bons. Sauf à « les bidouiller » comme ceux qui « consacraient » Jean-Marc Roubaud favori des prochaines municipales à Avignon, publiés le 1er mars 2019 par La Provence [1]. Mais dans le cas présent l’Ifop, dont les propos sont cités, semble garantir les résultats [2]. Certes, ils n’ont aucune valeur puisqu’ils restent à l’intérieur des marges d’incertitude (dans tous les cas 51 % contre 49 %) soit égalité parfaite et sont sans intérêt à un an du scrutin. Sauf à gagner la primaire au sein de LREM

On apprend que c’est le candidat donné vainqueur, Cédric Villani qui a commandé le sondage. Pour quelqu’un se revendiquant de sa qualité de scientifique (lauréat de la médaille Fields en 2010, l’une des plus prestigieuses récompenses en mathématiques), c’est inquiétant. Comme la confidentialité du sondage, c’est un scientifique quand cela arrange, et un politique sinon.

Le sondage n’est plus confidentiel et la Commission des sondages devrait logiquement s’en saisir en pleine torpeur estivale. Le statut des sondages confidentiels n’en est pas moins problématique puisqu’ils ne demandent qu’à fuiter au regard des intérêts des commanditaires et de leurs soutiens médiatiques. Et comme seule la titraille est lue, nul ne saurait en douter, le sondage est favorable à son commanditaire. Il ne manquerait plus que de dépenser de l’argent pour rien.


[1Cf. à la mise au point de la commission des sondages daté du 14 mars 2019. Jean-Marc Roubaud a depuis annoncé son retrait des municipales d’Avignon.

[2Pour Avignon le sondeur, encore l’Ifop, a présenté des résultats différents de ceux publiés par La Provence.

Lire aussi

  • Sondage obligatoire

    3 septembre 2021

    Le 25 mars 2020 Ipsos s’est vu attribué par le ministère de l’Intérieur pour la coquette somme de 1 208 333 euros (hors taxes) la réalisation d’une enquête nationale de victimation désignée sous le (...)

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)