observatoire des sondages

Une très discrète autocritique

mardi 15 octobre 2013

On n’en croyait pas ses yeux. Un journaliste faisant part de ses doutes sur la valeur d’un sondage que son journal publiait : "Sonder le sentiment des Français vis-à-vis de l’impôt est un exercice risqué. Le sondage, en effet, reflète un état d’esprit à un moment donné et, après deux mois d’intense battage sur le “ras-le-bol” fiscal et d’informations mêlant le vrai et le faux, il est permis de se demander jusqu’à quel point les réponses ne sont pas altérées" (sondage Ipsos-Le Monde-BFM TV : les Français et l’impôt, Le Monde, 14 octobre 2013). Qu’on se rassure cependant, cette autocritique était publiée dans l’édition en ligne mais n’apparaît nullement dans l’édition papier où le même journaliste commente très platement les données du sondage sur l’impôt.

Il faut dire que les sondés estiment payer trop d’impôts (on pourrait ajouter que c’est vrai depuis l’Ancien régime), qu’ils approuvent l’ISF (qu’ils ne paient pas), qu’ils trouvent l’impôt sur les successions trop élevé (au risque de restaurer une société d’ordre), qu’ils voudraient voir les pauvres payer des impôts (ce qui dénote une méconnaissance de la pauvreté et une irrationalité certaine, le coût du prélèvement excédant son rapport), et tout un ensemble de jugements qui démontre les dégâts de l’idéologie du lot qui permet à beaucoup de gens de rêver de leur future richesse en s’assimilant déjà aux riches et en détestant les pauvres. Comment pourrait-on attendre mieux d’un sondage effectué par internet auprès de gens rémunérés quelques euros ? Il est plus intéressant de lire dans la même édition un papier sérieux du même journaliste sur le l’échec croissant de l’impôt moins redistributif. Mais cela c’est une connaissance de spécialistes que les sondés seraient bien en peine d’apprécier. Et si le journalisme, c’était cela, plutôt que la publication de la palissade de sondages.

Lire aussi

  • Post-Brexit : le silence et l’oubli

    25 juin 2016

    Résultat définitif du référendum Sortie de l’Union européenne : 51,9% Maintien dans l’Union : 48,1%
    Les sondeurs (britanniques) se sont trompés, une fois de plus. Dans l’ensemble, la presse qui, le matin (...)

  • Réforme des programmes scolaires : des sondés très savants

    18 mai 2015

    Odoxa, le nouveau sondeur, et actuellement celui qui publie le plus (cf. Odoxa : un nouvel OpinionWay), est aussi celui qui interroge forcément sur tout. Actualité oblige. La réforme des programmes (...)

  • Un sondage pas très catholique

    5 juin 2013

    Dans son catalogue, l’industrie du sondage a ce produit qui pourrait être à la presse comme aux entreprises et à tous les groupes d’intérêt l’équivalent de la parfumerie pour la fête des mères : le (...)