observatoire des sondages

A droite toute

vendredi 21 août 2015

Interrogé par Les Echos (19 août 2015) sur les conseils qu’il donnerait à François Hollande - qui ne les lui demande pas - le sondeur d’Odoxa Gael Sliman ne rechigne pas. Point de départ : l’impopularité du Président. La corriger, c’est faire la politique que l’opinion attend : « jamais les Français n’ont été aussi favorables, dans les enquêtes (!), à cette politique sociale-libérale, pro-entreprise ». On se demande quelle prudence sémantique a fait accoler sociale à libérale. Pour qu’on ne s’y trompe pas, le sondeur éclaire puisque le « mauvais choix » serait de faire des concessions. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs les autorisant à adopter les postures les plus fermes : il faut « mécontenter les écologistes et la gauche de la gauche ».

On se demande où le sondeur a pris ses leçons de science politique. On peut supposer qu’il ne sera pas suivi par des professionnels de la politique qui savent que leur perte d’anciens électeurs ne sera pas compensée par le ralliement de nouveaux électeurs depuis longtemps hostiles. Ceux-ci ont déjà des candidats. Mais peu importe, cela a du moins le mérite de satisfaire le quotidien économique. Et les sondeurs ne sauraient être contrariants qui mettent la popularité au-dessus de tout - ils la mesurent - puisque selon eux, elle est censée déterminer le résultat des élections. Et que la politique, c’est gagner les élections. Au moins ne se perd-on pas dans la complexité des choses. Misère de la politique.

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • Odoxa, sondeur, pompier-pyromane : la violence comme gage de popularité

    6 janvier 2018

    On sait que la notoriété est une donnée essentielle pour tous les professionnels de la politique. On sait également depuis Erostrate, brûlant du désir de devenir illustre, et qui pour se faire incendia (...)

  • Primaire à droite : les écarts de langage

    25 août 2012

    La lutte pour la présidence de l’UMP entre François Fillon et Jean François Copé est une nouvelle occasion pour les médias de pratiquer l’un de leurs passe-temps favoris : le paris-turf. En attendant (...)