observatoire des sondages

Contre plébiscite : 77 et 72 %

mardi 2 juin 2015

A une semaine d’intervalle 77 et 72 % de sondés ont fait part à Odoxa de leur hostilité aux candidatures de François Hollande et Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2017 (Le Parisien I>télé, 22 mai et 29 mai 2015). Cela ressemble à un contre plébiscite, genre nouveau en politique.

On ne discutera pas la validité de tels chiffres obtenus par de sondages en ligne, exagérant peut-être le rejet, tant, à ce niveau, on n’est plus à 10 % de plus ou de moins. C’est aussi une confirmation des impressions que chacun a dans les discussions : l’impopularité massive des deux principaux candidats putatifs à la présidence. Eux-mêmes et leurs partis politiques ne semblent pas émus.

Du coup, la publication de tels chiffres en marge de l’actualité de campagne de personnalités probablement les plus honnis des Français laisse perplexe. Les dirigeants et les partis politiques sont-ils si étrangers à la société ? Se moquent-ils à ce point de l’avis des gens pensant qu’ils changeront de toute façon, qu’ils seront bien obligés puisqu’ils n’auront plus le choix. Décidément la République française ressemble de plus en plus à l’entreprise de Henry Ford qui disait que l’on pouvait choisir la couleur de sa Ford T pourvu qu’elle soit noire.

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • FN : coup de jeune artificiel

    17 décembre 2016

    « Le FN en tête des partis dont les jeunes se sentent le plus proches » (AFP, 16 décembre 2016). On doit apprécier ce titre au FN. Qu’en est-il ?
    Un sondage Odoxa-Dentsu-France Info place effectivement le (...)

  • Quand les politiques se servent de la critique des sondages

    10 octobre 2016

    C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat (...)