observatoire des sondages

De « l’écart se resserre » au « croisement des courbes » : l’incrédulité d’un sondeur à la retraite

jeudi 3 novembre 2016

Parce que des élections sans suspense, si l’on en croit les sondages, pour une presse "accroc" au sensationnel serait moins “drôle”, moins intéressante, moins "etc.", le refrain "des écarts se resserrent" ou le "rien n’est joué", peut difficilement rester longtemps absent de la kermesse électorale et son incontournable course de petits chevaux que les médias s’obstinent élection après élection à nous vendre. Aux Etats-Unis comme en France.

Rares sont ceux qui font part de leur doute, du moins publiquement. Et encore moins parmi les professionnels. Ce n’est pas la première fois que Roland Cayrol, doxosophe semi-retraité [1] mais toujours aussi présent sur les plateaux-télé avoue son incrédulité face aux sondages. Aucun sondeur français ou américain n’est directement critiqué, ses “aveux” dérangeront donc peu sauf peut-être les partisans de Trump, de Sarkozy et des journalistes opiniomanes, comme ici Carole Barjon de l’Obs, ou le publicitaire Jacques Séguéla, semi-retraité lui aussi (conseiller chez Havas Groupe Bolloré). Soutien avéré de Nicolas Sarkozy au moins a-t-il pu clamer son hostilité à Alain Juppé et montrer qu’il disposait toujours de quelques ressources de bateleur de foire amateur de slogans.

19h Ruth elkrief BFM TV (1 novembre 2016, extrait)

- Ruth Elkrief (BFM TV) : les sondages se resserrent beaucoup elle a vraiment des risques de perdre Hillary Clinton ?

- Roland Cayrol : Je ne crois pas. Sa position dans les grands Etats est telle. Vous savez il faut faire 270 mandats pour être élu, je ne vois pas comment elle pourrait en faire moins de 300. Donc je pense qu’elle va perdre, en ce moment des voix au niveau national par rapport à son concurrent. Parce que il y a cette affaire, dont elle ne se sort pas, des mails, et de l’acharnement de la part du directeur du FBI à son égard, ça se paiera un jour ça ! Mais je pense qu’en termes de résultats elle continue largement à faire la course en tête.

- Jacques Séguéla : le sondeur a raison, mais l’élection c’est des courbes qui se croisent ! Mais qui se croisent au bon moment. Et le dernier scandale qui parle a raison. Et elle a deux derniers scandales qui parlent contre elle, c’est le scandale du FBI et le scandale des mails interdits.... donc ça n’est pas joué.

(...)

- Ruth Elkrief : (...) Un sondage Ifop pour Paris Match dans lequel l’écart entre Alain Juppé et Nicolas qui se resserre beaucoup. Alain Juppé qui a perdu 6 poins en 15 jours.

- Jacques Séguéla : je déteste ces politiques qui au dernier moment vont là où ils pensent qu’est le plus fort (A propos du ralliement de Valérie Pécresse à Alain Juppé). (...) Mais regardez ce qui se passe en Amérique en une semaine Hillary Clinton a perdu 11 points, c’est très bien ce qui peut se passer demain pour Alain Juppé.

- Roland Cayrol : c’est vrai que l’élection se jouera jusqu’au dernier jour. Une élection ça comporte toujours des surprises. Évidemment l’élection n’est pas faite. Je continue à penser que cette élection ne se jouera pas à droite de la droite mais qu’elle se jouera d’abord avec la masse des électeurs centristes et modérés qui vont aller à la primaire. Je pense que même si ce n’est pas jouer il [Alain Juppé] continue clairement à faire la course en tête. (...) 37% / 31% nous dit l’Ifop aujourd’hui, c’était à peu près ce qu’on avait il y a 3 mois. Les sondages n’ont pas beaucoup bougé, la vérité c’est qu’il est toujours autour de 31 (Nicolas Sarkozy) et Juppé s’il est allé jusqu’à frôler les 40, il est toujours 6 ou 7 points au dessus de Nicolas Sarkozy. A la vérité il faudrait qu’il y ait des choses très importantes qui se passent dans votre débat ou dans la suite de la campagne parce que pour le moment, et je dirais depuis le début, les lignes de force n’ont pas vraiment bougé. Y a pas beaucoup de suspense et sauf accident je vois pas d’où viendrait le suspense.

- Carole Barjon (L’Obs) : mais il remonte là ! (à propos de Nicolas Sarkozy)

- Roland Cayrol : ne croyez pas les sondages au point le point s’il vous plait je sais de quoi je parle !


[1Ancien dirigeant et actionnaire de CSA qu’il a revendu au groupe Bolloré en 2008.

Lire aussi

  • Nicolas Sarkozy a changé.... d’avis

    26 septembre 2016

    « Si on gouvernait la France avec les sondages, on ne gouvernerait rien du tout ! » Nicolas Sarkozy, à propos d’un sondage Ifop-Fondation Concorde-Public Sénat selon lequel 19% des Français le jugent « (...)

  • Nicolas Sarkozy contre les sondages

    3 avril 2016

    Incroyable ou presque : Nicolas Sarkozy ne croit pas que les sondages reflètent l’humeur « réelle du pays » (Le Monde, 2 avril 2016).
    Pire, il assure encore que « si on gouvernait la France avec les (...)

  • Frustration de sondeur

    19 décembre 2015

    A propos des élections législatives qui auront lieu ce dimanche 20 décembre 2015 en Espagne.
    José Maria Toharia (Metroscopia) « Il y a quatre ans, on connaissait depuis un an le résultat et là, à deux (...)