observatoire des sondages

De la compétence des politiques : de quoi parle-t-on ?

dimanche 24 novembre 2019

Président de l’Association des Maires de France depuis 2014, François Baroin semble engager dans un combat tactique avec Emmanuel Macron. Rien de bien surprenant de prime abord, ou d’”anormal”, sauf à croire sur parole un politicien frustré dans ses ambitions annonçant son retrait de la vie politique [1].

Il n’y a donc a priori pas matière à s’« émouvoir » qu’une triviale opération de promotion politique par voie de sondage d’opinion, devenu passage obligé en la matière, confronte « l’image » du président de l’AMF [2] à celle du président de la République, excepté que l’une et l’autre reposent sur du vide.

L’agence de lobbying Dentsu Consulting, qui s’est attachée les services du sondeur Odoxa depuis plusieurs années, affirme que l’image de François Baroin auprès des Français est en tout point, ou presque, plus positive que celle d’Emmanuel Macron (cf. France Info, Le Figaro, 21 novembre 2019). Comme souvent pour ce type sondage on retrouve les mêmes items, des propositions aux sens multiples, interprétables à loisir selon les humeurs des sondés, délivrées sans la moindre explication ou justification. Par exemple : que peut bien vouloir dire en pratique être « proches des gens » ? Une « qualité » reconnue par 70% des sondés à F. Baroin (contre 22% pour E. Macron). Idem pour « charismatique » (49% contre 44%), « dynamique » (48 contre 45%)., etc. Rien ou presque.

Plus problématique encore : l’évaluation de la compétence des deux personnalités demandés aux sondés qui estiment le président de l’AMF plus compétent que le Président de la République (55% contre 37%, 8% déclarant ne pas « savoir » lequel des deux est le plus compétent). Que font - et qu’ont fait - les sondés face à cette question ?

- Soit ils répondent mais ils n’en savent rien. Ont-ils examiné, fait passer un examen à l’un et à l’autre ? Non, bien sûr. En ont-ils seulement la compétence ? Là encore : non bien sûr. Certainement pas du moins la majorité d’entre eux. Belle aporie en somme, de la faculté de juger de la compétence de personnes incompétentes au jugement de la compétence.

- Soit ils répondent, et c’est en réalité toujours le cas dans ce genre de sondage, mais condensent ce qu’ils « pensent » de ces personnalités, ce qu’elles suscitent comme sentiment ou ressentiment (au moment où on les interroge). Autrement dit rien d’une quelconque opinion sur la compétence ou si peu de chose sérieuse qu’on ne saurait y trouver le moindre sens.

Mais, on le sait, c’est le cadet des soucis des initiateurs de ces opérations de promotion.


[1Soutien de François Fillon jusqu’à son éviction du second tour de la présidentielle en 2017, François Baroin avait annoncé au micro de RMC son intention de mettre fin à sa carrière politique : j’ai fait mon temps (...) Je tourne la page de 25 ans d’engagement politique....in « Les grandes gueules », 16 novembre 2017.

[2Signataire qui plus est d’un livre paru fin octobre chez Albin Michel... le deuxième en 2 ans.

Lire aussi

  • Malfaçon : l’Ifop et Le Figaro montrent l’exemple

    19 octobre 2016

    Dimanche 16 octobre Le Figaro annonçait fièrement en « avant-première » les résultats d’un sondage Ifop à paraitre le lendemain : « Les Français plébiscitent les réformes ». Il s’agissait avant tout d’un push (...)

  • Misère de la politologie

    25 janvier 2013

    Le baromètre annuel du Cevipof sur la confiance politique a été amplement repris par la presse. C’est son objectif. On attendrait d’ailleurs plutôt d’un magazine hebdomadaire ce genre d’enquête sur le (...)

  • Le sondage tel qu’on le parle

    29 décembre 2010

    A l’occasion de la fin de l’année 2010, un sondeur français est interrogé sur la situation des différentes personnalités politiques (Talk Orange - Le Figaro, 22 décembre 2010). Où l’on constate que son (...)