observatoire des sondages

Euthanasie : 156 élus intoxiqués par un sondage

jeudi 1er mars 2018

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde 156 députés font part de leur souhait d’élargir le droit des personnes “en fin de vie” (28 février 2018). Sondage à l’appui. C’est bien là le problème. Un double problème pour être précis.

Estimant que malgré la réforme de 2016 (loi Claeys-Leonetti) "On ne meurt [toujours] pas bien en France”, les 156 signataires (essentiellement élus de la majorité présidentielle, dont la présidente de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale et un ancien Premier ministre) en appellent à reconnaître le droit et la liberté de choisir "sa fin de vie". Autrement dit la souffrance des personnes malades ou en fin de vie n’est pas suffisamment bien prise en compte par la législation actuelle il faut leur accorder le droit de mourir en autorisant le suicide assisté et l’euthanasie. Forts donc de ce constat et de leur volonté d’en finir avec les souffrances insupportables de malades ils se prévalent, en plus, du résultat d’un sondage opportun.

JPEG - 295.9 ko

- 1- Etait-ce bien « nécessaire » ? Faut-il que leurs convictions soient à ce point chancelantes pour qu’ils éprouvent le besoin sur une question aussi évidente que mettre fin à des souffrances infernales d’en appeler à un sondage. D’autant que...
- 2 - le sondage sur le point évoqué par les élus est complètement truqué.

JPEG - 166.9 ko

En résumé : 4 réponses pour 4 questions différentes

* 18% pour la légalisation de suicide assisté.
* 47% pour la légalisation de l’euthanasie.
* 24% pour la légalisation du suicide assisté ET de l’euthanasie.
* 11% contre une modification de l’actuelle législation (rappel : qui n’autorise ni l’euthanasie ni le suicide assisté).

Additionner les réponses à 3 questions différentes et affirmer en suivant que 89% des Français (sondés) sont pour la légalisation de l’un ET/OU de l’autre, comprendre sont d’accord pour la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie est au mieux malhonnête.

Gageons que nombre de ces élus, sinon tous, n’ont pas lu et/ou compris « l’astuce » de l’auteur du sondage avant de signer la tribune. L’ignorance ou l’incompétence ne sont pas encore considérées comme des vertus. Quoi qu’il en soit nous voilà avertis une fois encore, de la crédulité des professionnels de la politique dans la production de l’industrie sondagière. Et on le sait ce n’est pas un signe de bonne santé pour la démocratie.

Lire aussi

  • Paroles, paroles : le ministre et les sondés

    1er septembre 2021

    Les insinuations de J-M. Blanquer, ministre de l’Education nationale, affirmant que la période de versement de l’allocation scolaire coïnciderait avec une augmentation de la vente d’écrans plats (...)

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Sondage sur une décision de justice

    26 mars 2013

    La récente mise en examen de Nicolas Sarkozy a rappelé, à la suite des réactions véhémentes de ses partisans, qu’il était illégal de commenter publiquement les décisions de justice. Il semblerait que les (...)