observatoire des sondages

Grèce : fiasco sondagier record

lundi 6 juillet 2015

On a l’impression de se répéter chaque fois que l’on parle des sondages électoraux tant les résultats des élections sont éloignés des intentions de vote des sondages. Certes, répètent aussi les sondeurs, les sondages ne sont pas des prévisions. Encore y a-t-il des limites : à quoi servent ces « mesures » si elles sont régulièrement fausses ? Il est vrai que le lendemain même des consultations, dont la surprise n’existe qu’au regard des sondages, ceux-ci passent aux oubliettes.

Le référendum grec du 5 juillet 2015 est pourtant exceptionnel par l’ampleur de l’écart entre sondage et élection. De l’ordre des records du Guinness. Le référendum est pourtant la consultation électorale la plus facile pour les sondeurs. Qu’on en juge.

Le « non » a obtenu 61,31 % des suffrages. Or, un ultime sondage avait annoncé que le « oui » venait de passer en tête : « Un nouveau sondage sur l’issue du référendum de dimanche en Grèce […] conclut vendredi à un léger avantage pour le « oui » avec 44,8% tandis que le « non » recueillerait 43,4%. Ce sondage, réalisé par un institut respecté, Alco, et que publie vendredi le journal Ethnos, fait état de 11% d’indécis » (Reuters, 3 juillet 2015). « L’information » a été reprise par toute la presse européenne. Peu importe que la différence soit insignifiante à l’échelle des marges d’incertitude. On est si loin du compte qu’il faut bien se demander comment un sondeur peut se tromper à ce point. Il est significatif que l’agence Reuters évoque un « institut réputé ». On aurait en effet pu suspecter une manipulation… Cela ressemble pourtant étrangement à un « croisement des courbes » auquel l’Ifop avait essayé de faire croire les Français à la fin de la campagne présidentielle de 2012 (cf. Tentative de putsch sondagier). Faute de transparence, faute d’explication, on est encore une fois condamné aux conjectures.

Lire aussi

  • Lynchage sondagier

    31 mai 2017

    Selon un sondage Harris Interactive effectué par internet (Atlantico, 31 mai 2017), « les Français ont tranché » en « jugeant » que deux ministres mis en cause - Richard Ferrand et Marielle de Sarnez - (...)

  • Après le fiasco l’amnésie...déjà

    30 novembre 2016

    Occupés depuis le 20 novembre au soir à essayer d’éteindre l’incendie qu’ils ont allumé et alimenté pendant les mois précédents, les sondeurs ont jeté aux orties leurs défroques de pompier de fortune dès le (...)

  • Du fiasco américain : le « pas nous pas nous » des sondeurs français

    11 novembre 2016

    Une fois n’est pas coutume nul n’a prétendu suite à la victoire « si peu annoncée » de Donald Trump à la présidentielle américaine que les sondages ne s’étaient pas trompés.
    Encore qu’il n’ait pas fallu (...)