observatoire des sondages

Grèves : le tribunal de l’opinion ?

jeudi 5 avril 2018

Les commentaires de presse l’affirment unanimement : le sort de la grève des cheminots va se jouer devant l’opinion. Ils l’affirment d’autant plus surement qu’ils disent aussi que ce sont les acteurs qui jouent l’opinion. Pour cela ils égrènent sans cesse petites phrases de ministres et de syndicalistes. Preuve en outre qu’il ne saurait en être autrement, en 1995 déjà, disent-ils, l’opinion a tranché.

Ce tribunal de l’opinion n’est pas explicitement désigné mais il est tellement évident qu’il s’agit des sondages à en juger par les chiffres émaillant les commentaires. On y observe les fluctuations des avis positifs et négatifs. Bien commode. Précis, au moins, et bien plus simple que de s’en remettre aux procédures constitutionnelles. Ainsi, la réussite ou l’échec d’une politique ou d’un mouvement social se mesurerait dorénavant par les pourcentages. Évident. Quelques milliers d’internautes rétribués arbitreraient le conflit. Mieux assurément que les confrontations violentes. Et l’on n’a même pas à douter de la réalité de cet arbitrage. Car si tout le monde croit que le conflit sera arbitré par les sondages, il le sera effectivement. Un parfait exemple du théorème de Thomas :

- « if men define situations as real, they are real in their consequences » [1].

Au moment où la question des fake news est sur la sellette, où certains se proposent de légiférer, quand d’autres proposent d’éduquer les écoliers, il serait sans doute utile d’inclure une éducation à ces informations, qui ne sont ni des informations exactes ni des informations fausses mais des prophéties créatrices. Et en premier lieu une éducation à ceux qui les diffusent.


[1Thomas, W.I., and Dorothy Swaine Thomas, The Child in America : Behavior Problems and Programs, Knopf., 1928 , p. 572. Voir également Robert K. Merton, « The Thomas Theorem and The Matthew Effect », Social Forces, 74 (2), décembre 1995, p. 379-424.

Lire aussi

  • Un mandat sous de mauvais auspices

    27 mai 2022

    A peine formé le premier gouvernement d’Emmanuel Macron a été accueilli par une première salve d’évaluations sondagières négatives. L’expression pour ceux qui ont voté pour ce dernier, du moins une partie, (...)

  • Le Monde diplomatique se convertit-il à la politologie ?

    11 mai 2022

    La victoire d’Emmanuel Macron a mis très en colère Le Monde diplomatique qui le dit haut et clair. Jusqu’à utiliser des arguments utilisés d’habitude par d’autres. A la une, un long éditorial (...)

  • Le secret sans secrets

    7 mai 2022

    Le Monde s’est mêlé de faire une enquête sur les sondages commandés par l’agence gouvernementale du SIG ou Service d’information du Gouvernement. Exploitant la brèche ouverte par Raymond Avrillier qui (...)