observatoire des sondages

Hollande candidat ?

vendredi 23 décembre 2016

Il y avait bien des raisons pour que le renoncement de François Hollande à la candidature présidentielle provoque une hausse de popularité. Il réunissait en effet ceux qui le soutenaient envers et contre tout - peu nombreux - et ceux qui approuvaient son renoncement. Bref une addition d’opinions parfaitement inverses.

Mais on sait la crédulité des politiques à l’égard des sondages dès qu’ils s’améliorent. Du coup, la rumeur a prêté à François Hollande un regret. Fondé explicitement sur le départ laborieux de la candidature de Manuel Valls [1], donc sur les sondages, et sur la remontée de François Hollande [2]. La politique française sombre tellement dans le ridicule que rien n’est exclu.


[1Cf. Ipsos-Steria/Sopra-Le Monde et le Cevipof, 14 décembre 2016, crédité selon les hypothèses retenues de 11 à 12% des voix au 1er tour de la présidentielle de 2017 devancé par Jean-Luc Mélenchon (entre 13 et 14%). Il serait également devancé par son ex-ministre des finances Emmanuel Macron (de 13% à 18%).

[2Voir par exemple Ifop-Fiducial-Paris Match, 13 décembre 2015, 35% de « bonne opinion » en hausse de 14 points par rapport au mois dernier.

Lire aussi

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • La riposte des sondeurs

    19 avril 2017

    A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle avec de telles incertitudes dans les sondages que les sondeurs ne sont plus sûrs de rien et suite à la diffusion dans Envoyé Spécial de « (...)

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)