observatoire des sondages

Hollande candidat ?

vendredi 23 décembre 2016

Il y avait bien des raisons pour que le renoncement de François Hollande à la candidature présidentielle provoque une hausse de popularité. Il réunissait en effet ceux qui le soutenaient envers et contre tout - peu nombreux - et ceux qui approuvaient son renoncement. Bref une addition d’opinions parfaitement inverses.

Mais on sait la crédulité des politiques à l’égard des sondages dès qu’ils s’améliorent. Du coup, la rumeur a prêté à François Hollande un regret. Fondé explicitement sur le départ laborieux de la candidature de Manuel Valls [1], donc sur les sondages, et sur la remontée de François Hollande [2]. La politique française sombre tellement dans le ridicule que rien n’est exclu.


[1Cf. Ipsos-Steria/Sopra-Le Monde et le Cevipof, 14 décembre 2016, crédité selon les hypothèses retenues de 11 à 12% des voix au 1er tour de la présidentielle de 2017 devancé par Jean-Luc Mélenchon (entre 13 et 14%). Il serait également devancé par son ex-ministre des finances Emmanuel Macron (de 13% à 18%).

[2Voir par exemple Ifop-Fiducial-Paris Match, 13 décembre 2015, 35% de « bonne opinion » en hausse de 14 points par rapport au mois dernier.

Lire aussi

  • Et encore Goldman : le ridicule ne tue pas

    3 janvier 2024

    On savait depuis la fin de l’année 2022, depuis bien plus longtemps en fait, que le chanteur de variétés retraité et retiré de la chanson depuis 20 ans, J-J. Goldman serait la "personnalité préférée (...)

  • Décivilisation : La surenchère du Point

    21 juin 2023

    Une pensée d’un auteur devenu classique (Norbert Elias) recyclée en slogan de communicant par un sondeur (Jérôme Fourquet) qui a « découvert » à partir de sondages les divisions françaises. Cela plaît (...)

  • Sondages sur parole

    10 juin 2023

    On imaginait qu’il fallait croire les chiffres des sondages. Peut-être une situation dépassée si on en juge par le journal Le Monde qui consacrait sa une du 5 juin à « La stratégie de Macron pour (...)