observatoire des sondages

L’avis d’un beauf

jeudi 27 octobre 2022

Cyril Hanouna se distingue par une exceptionnelle vulgarité sur des chaines de télévision qui n’en manquent pas. A l’occasion d’un meurtre sordide d’une petite fille, exploitée politiquement par certains, et par lui-même - son appel à la justice de Lynch - mais aussi médiatiquement en fêtant un record d’audimat pour une émission consacrée exclusivement à ce sujet. Impudeur ? Faut-il se contenter d’un terme aussi mesuré ?

Une humoriste de France Inter, Sophia Aram, ne l’a pas cru en publiant un billet virulent où elle traité Cyril Hanouna de « barbare ». L’intéressé l’a mal pris. Il se juge insulté et suggère même une procédure disciplinaire. Quant à son abjection, il n’a d’autre argument que d’avoir exprimé son « avis ». Il aurait pu aussi bien dire son opinion. C’est devenu l’argument ultime des beaufs comme si l’opinion était par nature légitime. Sauf exceptions d’illégalité : négation de crime contre l’humanité, diffamation, insulte etc. Il revient donc aux tribunaux de trancher. Précaution suffisante ? La légitimité postulée des avis les plus vulgaires est sans doute un prix à payer pour la liberté. Encore faut-il accepter, notamment quand on est payé pour dire de bêtises dans l’espace public de subir des critiques spécifiques et même les quolibets. Ne pourrait-on plus relever la vulgarité d’un animateur de télévision selon un point de vue démontrable et pas un avis ?

Lire aussi

  • Sondage à la sauce hongroise

    16 octobre 2022

    Les sondages, on le sait, ne sont pas l’apanage des démocraties. N’en déplaisent aux sondeurs qui tels des arracheurs de dents affirment le contraire depuis des lustres. Enquêtes publiques de masse, (...)

  • Doxosophie : le variant Cluster17

    24 décembre 2021

    Plus de 2000 ans après l’incendie du temple d’Artémis d’Éphèse les disciples d’Erostrate continuent de multiples manières à perpétrer sa mémoire et sa « geste » : faire des sottises ou exhiber leur bêtise (...)

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)