observatoire des sondages

L’avis d’un beauf

jeudi 27 octobre 2022

Cyril Hanouna se distingue par une exceptionnelle vulgarité sur des chaines de télévision qui n’en manquent pas. A l’occasion d’un meurtre sordide d’une petite fille, exploitée politiquement par certains, et par lui-même - son appel à la justice de Lynch - mais aussi médiatiquement en fêtant un record d’audimat pour une émission consacrée exclusivement à ce sujet. Impudeur ? Faut-il se contenter d’un terme aussi mesuré ?

Une humoriste de France Inter, Sophia Aram, ne l’a pas cru en publiant un billet virulent où elle traité Cyril Hanouna de « barbare ». L’intéressé l’a mal pris. Il se juge insulté et suggère même une procédure disciplinaire. Quant à son abjection, il n’a d’autre argument que d’avoir exprimé son « avis ». Il aurait pu aussi bien dire son opinion. C’est devenu l’argument ultime des beaufs comme si l’opinion était par nature légitime. Sauf exceptions d’illégalité : négation de crime contre l’humanité, diffamation, insulte etc. Il revient donc aux tribunaux de trancher. Précaution suffisante ? La légitimité postulée des avis les plus vulgaires est sans doute un prix à payer pour la liberté. Encore faut-il accepter, notamment quand on est payé pour dire de bêtises dans l’espace public de subir des critiques spécifiques et même les quolibets. Ne pourrait-on plus relever la vulgarité d’un animateur de télévision selon un point de vue démontrable et pas un avis ?

Lire aussi

  • Présidentielle 2027 : une obsession « hors-sol »

    11 juillet 2023

    Les sondeurs, leurs commanditaires officiels, officieux, nombre de journalistes politiques n’ont toujours pas compris - ou font toujours semblant de ne pas comprendre - que ce n’est pas parce que (...)

  • Sondages sur parole

    10 juin 2023

    On imaginait qu’il fallait croire les chiffres des sondages. Peut-être une situation dépassée si on en juge par le journal Le Monde qui consacrait sa une du 5 juin à « La stratégie de Macron pour (...)

  • Cluster17 contre le suffrage universel

    26 avril 2023

    Désavoué par la Commission des sondages puis par le Conseil d’Etat pour ses méthodes pour le moins peu orthodoxes, chassé des colonnes du magazine Marianne, qui l’avait un temps imprudemment accueilli (...)