observatoire des sondages

La haine « ça se travaille »

jeudi 19 mai 2016

On connaît ces sondages pourris avec questions pousse-au-crime qui font sortir du bois ce que les humains ont de plus moche en eux : la haine.

On se lasse de les signaler et pourtant il faut les dénoncer sans relâche. Cette fois, deux médias infligent leur sanction sans s’être consultés. BFM-TV et Le Figaro, qui ont l’excuse de ne pas être sans affinité avec leurs chiffres. Pas un hasard bien sûr. Comme on dit mettre les rieurs de son côté, il faut aussi mettre le reste moins sympathique.

Le premier assure donc que 74% des « Français » estiment que le gouvernement n’est pas assez ferme vis-à-vis des casseurs ; le second 96% de ses lecteurs internautes (straw vote ou vote de paille).

Pour apprécier ces résultats il faut savoir que les sondeurs et leurs commanditaires peuvent mieux faire, en rajouter dans le sens répressif. Plus ferme le pouvoir ? Les camps de concentration pour les casseurs, la torture voire la peine de mort.

Bref au lieu de se demander si le gouvernement est assez ferme, il faudrait se demander comment fonctionne ces dispositifs d’interrogation qui font sortir la haine de ces sondés du fonds de leur maison ou de leur appartement, et comment pensent... ces gens dont on se demande ce que la vie leur a fait pour vouloir tant de mal pas seulement aux manifestants de « Nuit debout » mais aux pauvres, aux étrangers, aux voisins, aux Lapons, aux Chinois, aux Grecs et à tous les autres. Car ce que les sondages pourris nous font prendre pour une opinion sur une question devrait être associé aux autres opinions sur d’autres questions. Et alors, la photographie prend un autre relief. Il est dommage que les scientifiques délaissent cet objet. Pour ne pas se démoraliser ?

Lire aussi

  • Sonder sans sondage ni doute

    15 avril 2018

    Fournisseur officiel de la chaine d’info en continu BFMTV, le sondeur Elabe, en la personne de son Pdg Bernard Sananès (ancien journaliste et conseiller en communication), est venu présenter ce (...)

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)