observatoire des sondages

Le drôle de féminisme de l’Ifop

mercredi 4 janvier 2023

Après 14 ans d’existence le doute demeure un élément crucial de la veille et de la critique scientifique exercées par l’Observatoire des sondages. Il est pourtant un aspect où il est de plus en difficile de douter : celui des facultés intellectuelles des sondeurs.

Tentant d’expliquer, tout en en défendant les soi-disant vertus, son palmarès des “personnalités préférées des Français”, où les femmes "lauréates" sont reléguées aux rôles de figurantes, le "directeur général opinion" de l’Ifop feint de s’interroger :

- S’il ne s’agit pas à proprement parler de sexisme, ne doit-on pas voir plutôt dans ce classement le signe d’une forme d’invisibilisation des femmes, résultat de leur sous-médiatisation révélée par de nombreuses enquêtes de comptage ? (F. Dabi, Jdd, 31 décembre 2022).

A la retraite depuis 2004, l’ex-chanteur de variétés Jean-Jacques Goldman n’occupe plus la scène médiatique ni même l’arrière-scène, presse pipole comprise. Il est invisible depuis longtemps. Il semble tenir à cette invisibilité comme en atteste sa demande d’être retiré de la liste des personnalités soumise à l’assentiment des sondés de l’Ifop et du JDD pour ce palmarès annuel (créé en 1988). Les deux compères n’ont toutefois respecté la volonté de l’ex-chanteur que quelques années. Sitôt réintégré dans la liste ce dernier a refait comme par "enchantement" son retour à la tête du classement sondagier, et notamment du dernier que commente ici F. Dabi. L’invisibilité (médiatique) comme facteur explicatif de la place des femmes est donc pour le moins..."curieux". Mais on le sait à l’impossible nul n’est tenu, autrement dit gardons-nous d’être trop cruel en exigeant d’un sondeur ce qu’il ne peut manifestement donner. Même si leur prétention et leur aveuglement ne laissent pas d’étonner.

- Le Top 50 constitue, à l’approche de son 35e anniversaire, un reflet des grandes tendances de la société : défiance aiguë à l’égard des politiques, ascension puis déclin des journalistes ou présentateurs d’émissions télévisées, rejet de toute personnalité de la téléréalité, sympathie pour les figures de la solidarité, vogue des sportifs​… Il ne reste qu’une Bastille à prendre : une femme en tête du classement. Mouvement inéluctable ou vœu pieux ? (F. Dabi, Jdd, 31 décembre 2022).

La présence d’une femme en tête du palmarès de l’Ifop et du JDD serait donc une victoire importante pour la "cause des femmes"... Personne n’est obligé de prendre au sérieux les désirs opportunistes, et l’auto-promotion, d’un marchand d’opinions fantaisiste, et d’"enquêtes" tout aussi fantaisistes (cf. le mystère Jean-Jacques Goldman).

Lire aussi

  • Le « mystère » Jean-Jacques Goldman

    3 janvier 2023

    Juillet 2004, le chanteur français de variétés Jean-Jacques Goldman annonçait la fin de sa carrière et son retrait de la scène musicale et médiatique. En dépit de quelques apparitions et contributions il (...)

  • Quand l’Ifop entend des voix

    9 janvier 2012

    La participation de Nicolas Sarkozy aux célébrations de Jeanne d’Arc n’a pas manqué de susciter les commentaires médiatiques. Résolu à ne pas laisser ses lecteurs dans les ténèbres, Le Nouvel Observateur (...)

  • Ceci n’est pas une histoire drôle

    19 octobre 2011

    A propos de la participation électorale au premier tour de scrutin de la primaire socialiste.
    « Le chiffre n’est pas une information en soi, mais l’information donnée par ce chiffre c’est que les (...)