observatoire des sondages

Les aveux tardifs d’un sondeur à la retraite

jeudi 19 février 2015

Après avoir officié longtemps à la tête de CSA qu’il a revendu avec ses associés au groupe Bolloré en 2008, Roland Cayrol n’en a pas pour autant disparu des plateaux de télévision.

Il intervient régulièrement sur la Chaine Parlementaire, sur Public Sénat, et fait partie des habitués de « C dans l’air » sur France 5. Il aura fallu beaucoup de temps à ce doxosophe semi-retraité pour passer aux aveux et reconnaitre que certains sondages n’avaient pas de sens. Il l’a déclaré sans fard le 17 février lors de l’émission intitulée « FN l’ennemi commun » (France 5). Caroline Roux la co-animatrice de l’émission n’en est toujours pas revenue. Certes l’ancien sondeur réagissait aux résultats d’un sondage Ifop mis en exergue dès le début de l’émission mais le propos était suffisamment général pour ne pas se limiter à ce cas d’espèce. Comment vont-ils faire alors que, à longueur d’année, les sondages sont le carburant essentiel des bavardages sur la politique française ?

extraits :

- Caroline Roux (C dans l’air) : « Mais ce sondage dont on parlait : 29% des Français qui souhaitent qu’elle arrive [Marine Le Pen et le FN] en tête aux élections départementales, ça veut dire quelque chose..... ou pas ? » [1]

- Roland Cayrol : « Ecoutez ça ne veut rien dire ».

- Caroline Roux (C dans l’air) : « Ah ben voilà...ça c’est clair ! »

- Roland Cayrol : « Arrivé en tête aux élections départementales ça n’a aucun sens. Ce sont des élections à deux tours, ce qui compte c’est gagné les seconds tours et éventuellement de gagner le troisième où on désigne les exécutifs des départements. Et là y aura quoi ? Un département, deux peut-être, Front National, c’est tout. Donc il y a une espèce d’effet d’optique. Le fait qu’elle puisse être en tête d’une élection ne dit rien sur sa force réelle. Et là il y a une exploitation par les autres pour faire peur. Quand Manuel Valls dit : elle (Marine Le Pen) est aux portes du pouvoir, c’est juste une plaisanterie ».

Une fois la surprise passée, l’animatrice est repartie dans les conjectures électorales à grands renforts des récents sondages prédisant les victoires du FN, avec l’aide de tous les invités, Roland Cayrol compris, cela de soi. Chassez le naturel... Quant aux contradictions, peut-être le charme de l’émission.


[1Ifop-JDD, 15 février 2015.

Lire aussi

  • Le Parisien et les sondages : une fake news pour annoncer leur retour

    24 avril 2018

    Un an après avoir renoncé à commander des sondages, Le Parisien a annoncé sur France Inter par la voix de son directeur des rédactions Stéphane Albouy, qu’il allait bientôt revenir sur cette décision (6 (...)

  • Grèves : le tribunal de l’opinion ?

    5 avril 2018

    Les commentaires de presse l’affirment unanimement : le sort de la grève des cheminots va se jouer devant l’opinion. Ils l’affirment d’autant plus surement qu’ils disent aussi que ce sont les acteurs (...)

  • Autosatisfecit de sondeur

    24 avril 2017

    C’est peu dire qu’on s’y attendait. Après avoir répété à tort et travers pendant des mois que les sondages ne sont pas une prévision, et quelques heures encore avant le scrutin que tout était encore (...)