observatoire des sondages

Les sondeurs et la post-vérité

jeudi 4 avril 2019

L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès sur TMC (groupe TF1).

Invité à réagir à la décision de la France insoumise de fabriquer ses propres sondages afin de contrecarrer les manipulations des sondeurs en place cf. On n’est jamais mieux servi que par soi-même le Directeur général adjoint de l’Ifop n’a pas pu s’empêcher comme d’autres avant lui et pour sûr d’autres après lui de relayer une fois de plus la même fake-news [1] :

JPEG - 69.7 ko

- Frédéric Dabi : “Je rappellerais que sondeur ce n’est pas une activité d’amateurs. C’est un métier qui répond à des obligations, à une technique à une connaissance de l’opinion. Moi je rappellerais qu’il y a des endroits absolument merveilleux où les sondages n’existent pas pendant les élections : ce sont les pays dictatoriaux”.

Selon le sondeur il faut donc compter la Chine où il y a des sondages en permanence parmi les démocraties. Et certains s’étonnent encore, tout en la déplorant, de la défiance que suscitent les politiques qui comptent sur les sondeurs pour les conseiller.


[1Sur l’affirmation de l’existence des sondages comme donnée inhérente aux régimes démocratiques Popularité de Poutine : la plaisanterie.

Lire aussi