observatoire des sondages

Les sondeurs et la post-vérité

jeudi 4 avril 2019

L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès sur TMC (groupe TF1).

Invité à réagir à la décision de la France insoumise de fabriquer ses propres sondages afin de contrecarrer les manipulations des sondeurs en place cf. On n’est jamais mieux servi que par soi-même le Directeur général adjoint de l’Ifop n’a pas pu s’empêcher comme d’autres avant lui et pour sûr d’autres après lui de relayer une fois de plus la même fake-news [1] :

JPEG - 69.7 ko

- Frédéric Dabi : “Je rappellerais que sondeur ce n’est pas une activité d’amateurs. C’est un métier qui répond à des obligations, à une technique à une connaissance de l’opinion. Moi je rappellerais qu’il y a des endroits absolument merveilleux où les sondages n’existent pas pendant les élections : ce sont les pays dictatoriaux”.

Selon le sondeur il faut donc compter la Chine où il y a des sondages en permanence parmi les démocraties. Et certains s’étonnent encore, tout en la déplorant, de la défiance que suscitent les politiques qui comptent sur les sondeurs pour les conseiller.


[1Sur l’affirmation de l’existence des sondages comme donnée inhérente aux régimes démocratiques Popularité de Poutine : la plaisanterie.

Lire aussi

  • Le sondage d’action directe

    31 juillet 2019

    Depuis l’adoption du CETA par l’Assemblée nationale le 23 juillet 2019, les attaques contre certains députés LREM favorables au traité de “libre-échange” entre l’Union Européenne et le Canada se sont (...)

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)

  • Qu’est-ce qu’un miracle ?

    26 mai 2019

    Aujourd’hui encore l’Eglise catholique croit en l’existence des miracles. Le processus de reconnaissance dont elle détient, bien sûr, le monopole demeure toutefois long et laborieux. Pas question donc (...)