observatoire des sondages

Macron : fabrication d’une popularité

jeudi 22 octobre 2015

Les soutiens du ministre de l’Economie continuent à donner de la voix par sondage interposé.

Quand il s’agit de « bâtir » une (bonne) popularité la vieille recette utilisée avant lui pour Dominique Strauss Kahn (par exemple) est de rigueur : adopté le ton sinon les « idées » de l’adversaire politique (quelques menues propositions floues, ici toujours les mêmes exceptée la dernière particulièrement idiote) de manière à obtenir les approbations du camp de ce dernier tout en gardant les approbations de son propre camp [1] (cf. Odoxa, challenges, BFM Business, Aviva assurances, 22 octobre 2015).

Le tour est joué. Et le sondeur de décréter que les "Français adhèrent sans réserve aux "Macronades"" [2]. Un néologisme censé sans doute apporter "un peu de vie" à un sujet sans intérêt. Le sondeur est un habitué, tout le monde a oublié son « le fillonisme n’existe pas encore mais il dispose d’un joli potentiel. » [3]. Gageons qu’Emmanuel Macron continuera à être l’objet d’une pareille attention de la part du sondeur et de ses commanditaires. Jusqu’à quand ?


[1La gauche sans plus de précision.

[2Respectivement 71%, 70%, 68%, et 52% au regard des 4 propositions. Il ferait même un bon Président de la République ajoute-t-il, « pour 43% des Français (...) ce qui est énorme ».

[3Cf. Gaël Sliman, BVA-Orange-L’Express-France Inter, 30 novembre 2010.

Lire aussi

  • De la compétence des politiques : de quoi parle-t-on ?

    24 novembre 2019

    Président de l’Association des Maires de France depuis 2014, François Baroin semble engager dans un combat tactique avec Emmanuel Macron. Rien de bien surprenant de prime abord, ou d’”anormal”, sauf (...)

  • Les sondages et les « gilets jaunes »

    6 décembre 2018

    Avec le mouvement des gilets jaunes comme avec les mouvements sociaux précédents, le succès du mouvement est couramment relié au soutien des Français. Du moins les médias l’affirment-ils au fil des (...)