observatoire des sondages

Macron : fabrication d’une popularité

jeudi 22 octobre 2015

Les soutiens du ministre de l’Economie continuent à donner de la voix par sondage interposé.

Quand il s’agit de "bâtir" une (bonne) popularité la vieille recette utilisée avant lui pour Dominique Strauss Kahn (par exemple) est de rigueur : adopté le ton sinon les "idées" de l’adversaire politique (quelques menues propositions floues, ici toujours les mêmes exceptée la dernière particulièrement idiote) de manière à obtenir les approbations du camp de ce dernier tout en gardant les approbations de son propre camp [1] (cf. Odoxa, challenges, BFM Business, Aviva assurances, 22 octobre 2015).

Le tour est joué. Et le sondeur de décréter que les "Français adhèrent sans réserve aux "Macronades"" [2]. Un néologisme censé sans doute apporter "un peu de vie" à un sujet sans intérêt. Le sondeur est un habitué, tout le monde a oublié son « le fillonisme n’existe pas encore mais il dispose d’un joli potentiel. » [3]. Gageons qu’Emmanuel Macron continuera à être l’objet d’une pareille attention de la part du sondeur et de ses commanditaires. Jusqu’à quand ?


[1La gauche sans plus de précision.

[2Respectivement 71%, 70%, 68%, et 52% au regard des 4 propositions. Il ferait même un bon Président de la République ajoute-t-il, « pour 43% des Français (...) ce qui est énorme ».

[3Cf. Gaël Sliman, BVA-Orange-L’Express-France Inter, 30 novembre 2010.

Lire aussi

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Tous fans de foot ?

    12 mars 2017

    Histoire de ne pas s’habituer à ces titres mensongers car sauf à croire que tous les Français sont fans de foot, de 7 à plus de 77 ans, que tous aient un avis sur cette question dont on ne déniera pas (...)

  • Le doigt mouillé “nouvelle formule”

    28 novembre 2016

    Le fiasco sondagier du premier tour de la primaire de la droite a incité certains sondeurs à « l’innovation méthodologique » en vue du second tour. Une nouvelle formule si peu orthodoxe que la très (...)