observatoire des sondages

Macron : fabrication d’une popularité

jeudi 22 octobre 2015

Les soutiens du ministre de l’Economie continuent à donner de la voix par sondage interposé.

Quand il s’agit de "bâtir" une (bonne) popularité la vieille recette utilisée avant lui pour Dominique Strauss Kahn (par exemple) est de rigueur : adopté le ton sinon les "idées" de l’adversaire politique (quelques menues propositions floues, ici toujours les mêmes exceptée la dernière particulièrement idiote) de manière à obtenir les approbations du camp de ce dernier tout en gardant les approbations de son propre camp [1] (cf. Odoxa, challenges, BFM Business, Aviva assurances, 22 octobre 2015).

Le tour est joué. Et le sondeur de décréter que les "Français adhèrent sans réserve aux "Macronades"" [2]. Un néologisme censé sans doute apporter "un peu de vie" à un sujet sans intérêt. Le sondeur est un habitué, tout le monde a oublié son « le fillonisme n’existe pas encore mais il dispose d’un joli potentiel. » [3]. Gageons qu’Emmanuel Macron continuera à être l’objet d’une pareille attention de la part du sondeur et de ses commanditaires. Jusqu’à quand ?


[1La gauche sans plus de précision.

[2Respectivement 71%, 70%, 68%, et 52% au regard des 4 propositions. Il ferait même un bon Président de la République ajoute-t-il, « pour 43% des Français (...) ce qui est énorme ».

[3Cf. Gaël Sliman, BVA-Orange-L’Express-France Inter, 30 novembre 2010.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Majorités de manipulation : « les Français et la loi Macron »

    13 mars 2015

    Gouverner c’est aussi faire coexister ou cohabiter des personnes qu’a priori tout, ou presque, sépare. Sur ce point les sondeurs ont une recette « bien à eux », que n’ont pas manqué de s’approprier la (...)

  • Popularité présidentielle : le commentaire yoyo

    9 septembre 2011

    Les oscillations de la « cote de popularité » de Nicolas Sarkozy mettent à rude épreuve les commentateurs. Surtout s’ils sont comme ceux de l’Ifop, en attente des signes d’une « reconquête de l’opinion ». (...)