observatoire des sondages

Petits mensonges entre amis

vendredi 21 novembre 2014

Jacques Chirac est toujours populaire du moins à Europe 1. « Il reste le politique préféré des Français » déclarait un journaliste de la radio en guise d’introduction à l’interview de sa fille Claude, venue présenter l’actualité de la fondation Chirac dont elle est vice-présidente (Europe 1 matin, 20 novembre 2014).

Et le journaliste de questionner :
- « Jacques Chirac est-il touché d’être aujourd’hui l’homme politique préféré des Français ? », (Thomas Sotto).

Et sa fille de répondre :
- « Bien entendu ! Il a toujours eu, avec les Français, une relation très particulière, de très grande proximité. C’est quelque chose qui a toujours été fondamental pour lui. Cela lui apporte beaucoup de réconfort et qui lui fait beaucoup de bien », (Claude Chirac).

Jacques Chirac ne fait plus partie depuis longtemps des listes pré-établies des personnalités politiques soumises à l’assentiment de sondés. Le journaliste se rappelle (peut-être), le temps où l’ancien président était « plébiscité par 78% des Français » comme l’annonçaient l’Ifop et le JDD, il y a 5 ans, le 15 décembre 2009, une éternité en politique. Il aurait été sans doute indélicat en présence de sa fille, de rappeler que lorsqu’il était encore « d’active », comme Président de la République, son impopularité sondagière a été constante atteignant à de nombreuses reprises plus de 70% de mécontents. On sait par ailleurs l’homme « très affaibli ». Une litote. Sans doute, la rédaction d’Europe 1 compte-t-elle que les auditeurs le soient aussi à une heure matinale.

Lire aussi

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)

  • Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

    3 janvier 2017

    Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la (...)