observatoire des sondages

Présidentielle en Autriche : les sondeurs sauvent les apparences

mardi 6 décembre 2016

Une fois n’est pas coutume les sondeurs de la présidentielle autrichienne ne se sont pas (vraiment) trompés.

Plus exactement ils n’ont pas su ou pu départager clairement le vainqueur et le vaincu (voir ci-dessous les derniers sondages parus avant le scrutin, Der Standard, 26 novembre 2016 [1].

JPEG - 147.6 ko

On pourra noter le choix du sondeur et du quotidien viennois pour représenter la marge d’incertitude (schwankungsbreite). Une manière simple et parfaitement lisible dont devrait s’inspirer leurs homologues français.

Une « indécision » sondagière qui a permis à la presse de laisser libre cours à son imagination. Singulièrement la presse française, toute à son excitation de voir un parti d’extrême droite gagner une élection. Droguée aux sondages, on le sait, elle tablait sur une possible victoire du candidat du FPÖ Norbert Hofer (cf. ci-dessous).

JPEG - 370.5 ko

C’est finalement son adversaire écologiste Alexander Van der Bellen, qui a remporté nettement le second tour du scrutin dimanche 4 décembre 2016 : 53,8% contre 46.2% [2].


[1Les chiffres entre parenthèses figurant sous le nom de chaque sondeur (Unique, Gallup, AKonsult) correspondent à la date de publication et à la taille de l’échantillon (n=).

Lire aussi

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)

  • Qu’est-ce qu’un miracle ?

    26 mai 2019

    Aujourd’hui encore l’Eglise catholique croit en l’existence des miracles. Le processus de reconnaissance dont elle détient, bien sûr, le monopole demeure toutefois long et laborieux. Pas question donc (...)

  • Les sondeurs et la post-vérité

    4 avril 2019

    L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès (...)