observatoire des sondages

Racisme : faut-il les croire ?

jeudi 30 mars 2017

Les Français sont de moins en moins racistes. C’est en substance ce qui ressort du rapport de La Commission Nationale et Consultative des Droits de l’Homme, institution rattachée auprès du Premier ministre, rendu public le 30 mars 2017 (cf. Le Figaro, 30 mars 2017). Certes la commission rappelle que nombre de préjugés, propos et attitudes racistes demeurent, mais les "Français sont toujours un peu plus tolérants" et ce en dépit du "contexte très tendu créé par les dramatiques attentats terroristes, on constate une poursuite de l’apaisement et de l’ouverture". Et sa présidente Christine Lazerges de poursuivre « la situation n’est pas aussi noire, contrairement à ce que certains laissent entendre ».

Cela aurait pu être, malgré les persistances, une bonne nouvelle. Aurait ? En effet, le diagnostic posé par la CNCDH repose sur des déclarations de sondés interrogés en face à face dans le cadre d’une enquête conjointe menée par Ipsos et le SIG (Service d’Information du Gouvernement). Autrement dit une majorité de "Français" (en fait 54% des sondés) ne sont pas racistes parce qu’ils l’affirment. Et bien sûr il faudrait les croire sur parole. La commission n’en est pourtant pas certaine : « Il semble que, depuis la vague récente d’attentats, la société française refuse les amalgames et valorise l’acceptation de l’autre ». Mais ses doutes en restent là.

L’impossibilité d’avoir accès au seul questionnaire de l’enquête, y compris sur le site du sondeur, ne nous permet pas pour l’instant une critique plus approfondie, mais est-ce bien nécessaire quand la présidente de l’institution estime sur la foi des simples déclarations de sondés que "la peur du terrorisme a créé plus de cohésion nationale qu’elle n’en a démoli (...) Même l’État d’urgence n’aurait pas entamé cette dynamique positive” (cf. ibid). On pourrait en rire si le sujet n’était pas aussi grave.

Lire aussi

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)

  • Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

    3 janvier 2017

    Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la (...)