observatoire des sondages

Toujours plus fort : du push poll au putsch poll

jeudi 11 septembre 2014

L’association de l’Ifop, sondeur spécialiste du push poll [1], et de l’hebdomadaire Figaro Magazine, annonce forcément une fausse information sensationnelle [2]. On n’est pas déçu avec ce sondage assurant que "Les Français sont 62% à souhaiter que François Hollande démissionne d’ici 2017 (Le Figaro Magazine, 11 septembre 2014). Deux autres options étaient proposées aux sondés : une dissolution de l’Assemblée nationale et un changement de Premier ministre.

Il est bien clair que ce sondage en ligne est doublement truqué à la fois en suscitant plutôt les réponses des mécontents puisque les sondés répondent sur une base du volontariat (que la supposé représentativité statistique n’a aucun moyen de corriger) et que la teneur même des propositions répond exactement à la finalité du push poll : faire advenir ce qu’on souhaite. On n’apprend rien que l’on ne savait du Figaro même pas l’usage de procédés malhonnêtes. Il est vrai que ce périodique est un habitué. Il publiait les sondages payés par l’Elysée de Nicolas Sarkozy sans le dire à ses lecteurs [3]. En contravention à la loi. Il n’a toujours pas été sanctionné. Aussi pourquoi ces associations délinquantes ne continueraient-elles pas ? EIles vont en effet encore plus loin, cette fois le questionnaire n’offrait pas la possibilité de n’adhérer à aucune des trois propositions. On a bien lu : l’option « aucune de ces trois solutions » n’était pas proposée. Le Figaro Magazine et l’Ifop ont une conception de la démocratie bottée.


[1Sondage destiné à promouvoir une cause ou un parti au cours des campagnes électorales ou d’autres mobilisations politiques. De fait, il ne s’embarrasse pas de rigueur méthodologique, puisqu’il s’agit avant tout de mobiliser ses partisans.

[3Cf. notre Dossier-Rubrique OpinionGate.

Lire aussi

  • Biaisé mais bon pour le moral

    12 mars 2018

    A lire les sondages la défiance à l’égard des professionnels de l’information n’est guère moins prononcée que la défiance à l’égard des professionnels de la politique [1]. Heureusement, magie des chiffres (...)

  • Impostures de l’année, et maintenant l’effet Goldman

    26 décembre 2017

    Le chanteur à la retraite Jean-Jacques Goldman, qui vit désormais à Londres, est devenu en cette fin d’année la cible n° 1 des sondeurs et de la presse française. Redevenu pour être exact.
    Il avait (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)